Les Etats-Unis affirment avoir tué un leader de l'EI lié au cerveau des attentats de Paris en Syrie

- Avec AFP

Steve Warren© reuters Source: Reuters
Steve Warren

D'après le porte-parole de la coalition anti-EI : le Français Charaffe al Mouadan, un combattant du groupe Etat islamique «lié directement» au jihadiste belge Abdelhamid Abaaoud, instigateur présumé des attentats de Paris, a été tué en Syrie.

D'après le colonel américain Steve Warren, le porte-parole de la coalition anti-EI, les Etats-Unis ont tué un des leaders de l'Etat islamique lié au cerveau des attentats de Paris qui ont fait 130 morts en novembre dernier. 

Selon ce dernier, Charaffe al Mouadan «préparait activement d'autres attaques». D'après ses informations il était l'ami d'un des kamikazes du Bataclan : Samy Amimour.

Lire aussi : Belgique : deux personnes suspectées d'avoir planifié des attentats terroristes à Bruxelles arrêtées

Al Mouadan est parti en Syrie en août 2013 alors qu'il avait été mis en examen en France mais laissé libre sous contrôle judiciaire.

Le Français Al Mouadan figure parmi les 10 chefs de l'Etat islamique tués dans des frappes qui ont eu lieu le 24 décembre selon le Pentagone.

Qui est Charaffe al Mouadan ?

Il est né en octobre 1989 de parents marocains à Bondy, une banlieue du nord-est parisien. 

En 2012 il est arrêté alors qu'il projetait de partir au Yémen ou en Afghanistan via la Somalie avec deux amis Samy Amimour et Samir Bouabout.

Les trois hommes se sont radicalisés via internet. Charaffe al Mouadan avait pris des cours de tirs sportif dans un club de la police à Paris à partir de mars 2012, a confié une source proche du dossier à l'AFP. 

Toujours selon cette source, il possédait du matériel paramilitaire et avait contracté un prêt à la consommation à hauteur de 20 000 euros. 

Il avait affirmé aux policiers avoir abandonné tout projet de départ en zone de jihad et avait séjourné brièvement au Maroc avec Samir Bouabout.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales