L'Etat islamique recrute 200 anciens combattants d'al-Shebab en Somalie

Un soldat somalien devant la cathédrale catholique de Mogadiscio en ruine le 25 novembre 2015 Source: Reuters
Un soldat somalien devant la cathédrale catholique de Mogadiscio en ruine le 25 novembre 2015

Près de 200 combattants de l'organisation djihadiste al-Shebab affiliée à Al-Qaïda, en Somalie, auraient fait défection pour rejoindre l'Etat islamique.

La presse kényane fait état de ces défections pour la deuxième fois en deux mois. Al-Qaïda à qui sont affiliés les shebab et l'Etat islamique qui cherchent à changer cette alliance en sa faveur se livrent à une concurrence interne en Somalie. Cette lutte n'a pas pour autant éclaté en confrontation armée.

Les rumeurs sur un changement d’allégeance des shebab se propagent en Somalie depuis près d'un an, peut-on lire sur RFI. En octobre, les médias américains ont fait état du changement d'alliance d'un chef spirituel shebab, Abdour Quadir Mumin, qui a juré fidélité à l'organisation de l'Etat islamique.

Les shebab ne contrôlent plus que des territoires au sud de la Somalie près de la frontière kényane (Source: Google Map)
Les shebab ne contrôlent plus que des territoires au sud de la Somalie près de la frontière kényane (Source: Google Map)

Une nouvelle allégeance pour d'avantage d'argent ?

Ces shebab dissidents tenteraient d'obtenir d'avantage de soutiens, notamment en argent, en s'affiliant à cette plus récente organisation djihadiste, selon la police kényane qui craint une recrudescence des tensions.

Le président somalien avait déclaré publiquement quelques jours plus tard qu'une confrontation entre ces deux formations djihadistes ne pouvait «qu'engendrer davantage de chaos». Depuis que les shebab («les étudiants» en arabe) se sont affiliés à al-Qaïda en 2012, plusieurs centaines de combattants étrangers de la péninsule arabique, notamment originaire du Yémen, ont rejoint les rangs des rebelles.

Depuis 2011, une offensive armée menée par les forces de l'Union africaine (Amisom) et les soldats kényans ont repoussé les rebelles de la capitale Mogadiscio au sud de la Somalie.

Lire aussi : Kenya : des musulmans protègent des chrétiens lors d’une attaque

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales