Une famille musulmane britannique empêchée par les Etats-Unis de prendre un vol pour Disneyland

Une famille musulmane britannique empêchée par les Etats-Unis de prendre un vol pour Disneyland© Mario Anzuoni Source: Reuters
La famille britannique a été perçue comme une menace terroriste alors qu'elle voulait simplement visiter les personnages célèbres du parc Disneyland, en Californie.

L’Oncle Sam discriminerait-il les citoyens musulmans en raison d'une crainte démesurée de la menace terroriste ? C’est en tout cas ce qu’estiment plusieurs britanniques victimes de mésaventures avec les autorités américaines.

Membre d’une famille de 11 personnes, Mohammad Tariq Mahmood voulait se rendre au parc d’attraction Disneyland en Californie avec ses enfants. Mais alors qu’il s’apprêtait à embarquer pour Los Angeles dans un aéroport londonien, les autorités US l’en ont empêché. Celles-ci ne lui ont communiqué aucune justification précise, alors que l’homme détenait pourtant une autorisation de voyage.

Mahmood, qui raconte l’incident dans le quotidien britannique The Guardian, affirme que la compagnie aérienne refuse de lui rembourser le prix du vol, qui lui a pourtant coûté quelques 13 000 dollars. Lui et sa famille auraient également du rapporter tout ce qu’ils avaient acheté dans les boutiques hors-taxes de l’aéroport, duquel ils ont été sortis par la force.

Pour le Britannique, qui explique n’avoir «jamais été aussi embarrassé de sa vie», la raison de sa mésaventure est «évidente» : «c’est à cause des attaques en Amérique [à San Bernardino], ils pensent que tous les musulmans constituent une menace».

Lire aussi : Fusillade de San Bernardino en Californie : 14 morts, 17 blessés, les suspects abattus

Deux jours après avoir vu son voyage annulé, l’un de ses coreligionnaires, Ajmal Mansoor, imam et conférencier anglais, a également été empêché d’embarquer pour New York, dans un incident similaire. Ce dernier a déploré sur Facebook : «Les USA ont le droit de distribuer et d’annuler un visa, je comprends parfaitement cela (...) mais ne transmettre aucune raison rend les gens ordinaires furieux».

Une membre du parti travailliste, Stella Creasy, a évoqué la problématique au parlement britannique, estimant qu’un nombre croissant de musulmans britanniques sont actuellement «trumpés» de la sorte. Elle faisait ainsi référence aux récentes déclarations du candidat à la présidentielle américaine Donald Trump, qui avait promis que s’il était élu, il ne laisserait plus rentrer les musulmans sur le territoire national.

Cette prise de position controversée était survenue après que, le 2 décembre, une fusillade revendiquée par le groupe terroriste Daesh avait fait 14 morts dans la ville de San Bernardino en Californie.

Aller plus loin : Des vigiles musulmans licenciés «pour leur barbe» donnent leur version des faits (VIDEOS)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»