Zurich renvoie des abris Ikea destinés aux réfugiés, trop sujets au risque d'incendie

L'intérieur d'un abri Ikea.© Capture d'écran Twitter.
L'intérieur d'un abri Ikea.

Après avoir investi dans 62 abris Ikea «prêts à assembler» censés pouvoir accueillir des réfugiés, la ville de Zurich a réalisé des tests qui ont montré que les mobil-homes étaient «facilement inflammables». Le projet a aussitôt été enterré.

Vendredi, le conseiller municipal zurichois Raphaël Golta a présenté les abris dans une grande salle prévue à cet effet. Les mobil-homes étaient à la base destinés à l'accueil de 250 réfugiés, ces derniers arrivant sur le territoire suisse en nombre croissant.

Mais au bout de quelques heures seulement, la ville a annoncé qu'elle ne mènerait pas le projet à terme puisque des tests de sécurité ont démontré l'extrême inflammabilité des installations, ce qui n'est pas conforme aux exigences en matière de protection contre les incendies sur le sol helvète.

Lire aussi : Un hôtel devant accueillir des enfants demandeurs d'asile incendié en Norvège

Raphaël Golta a expliqué à la chaîne RTS que la ville avait dû faire face à une très forte arrivée de demandeurs d'asile [«plus de 40% en l'espace de deux mois»] et avait été contrainte, vu ces circonstances, d'agir très rapidement en conséquence. Il a ajouté être désormais à la recherche de solutions alternatives pour accueillir les réfugiés. 

Les abris, développés par Ikea dans une collaboration avec le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), sont pourtant déjà déployés par milliers dans des camps de réfugiés en Grèce, pays qui fait face à un afflux quotidien et ininterrompu de migrants. 

C'est une étude suédoise de sécurité qui aurait certifié la conformité des abris, approuvée par le HCR. Pourtant, une étude allemande aurait émis des doutes sur l'exactitude de cette étude, ce qui aurait alerté les autorités suisses qui ont décidé de rester prudents.

Lire aussi : Face aux risques d'incendies, la Suède garde secrètes les adresses de ses centres pour réfugiés

La porte-parole du HCR, Anja Klug a déclaré à l'agence suisse ATS vendredi que l'organisation se préparait à comparer les résultats des tests de sécurité suisses et suédois et qu'elle «prendrait des mesures s'il y a des problèmes», ajoutant que, pour le HCR, ces abris étaient «quand même mieux que des tentes».

La Suisse s'attend à recevoir près de 39 000 demandeurs d'asile cette année, contre 23 800 en 2014.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales