Après l'accord de l'ONU sur la Syrie, les différences de vue des délégations subsistent

Laurent Fabius a rapidement fait redescendre l'euphorie.© Eduardo Munoz Source: Reuters
Laurent Fabius a rapidement fait redescendre l'euphorie.

Alors qu'une résolution pour un plan de paix vient d'être adoptée à l'unanimité par le Conseil de Sécurité, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a rappelé qu'il voulait le départ de Bachar el-Assad, ravivant les divergences.

S'exprimant peu après l'adoption d'un accord sur la situation en Syrie, Laurent Fabius a estimé que le départ du président syrien Bachar el-Assad «s'impose pour raisons non seulement morales mais d'efficacité», estimant qu'il devait y avoir des «garanties» sur le retrait de celui-ci de la vie politique syrienne.

Cette position rejoint celle que Barack Obama a exprimée lors d'un discours annuel à la Maison blanche, qui se tenait en même temps que l'adoption de la résolution du Conseil de Sécurité. Si celui-ci a reconnu qu'il n'y aurait pas de paix en Syrie sans un «gouvernement légitime», il a toutefois estimé : «je pense qu'Assad va devoir partir pour que le pays mette un terme aux effusions de sang ou pour que toutes les parties prenantes puissent aller de l'avant».

Récemment, pourtant, le Secrétaire d'Etat américain John Kerry, s'était montré plus conciliant sur la question du processus de transitions politique en Syrie, précisant notamment lors d'une rencontre avec Vladimir Poutine que les Etats-Unis ne recherchaient pas un changement de régime. Kerry a salué l'accord de l'ONU comme un «degré d’unité sans précédent» des grandes puissances.

En savoir plus : Kerry après les négociations avec Poutine: «Nous voyons la Syrie fondamentalement de la même façon»

Quand au chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, il a lui estimé que le Conseil de Sécurité des Nations Unies, par son vote, avait confirmé le fait que la souveraineté de la Syrie devait être respectée.

Votée à l'unanimité ce vendredi 18 décembre, la résolution entend favoriser un processus de paix en Syrie via, notamment, l'instauration d'un cessez-le-feu, ou encore l'organisation d'élections dans les 18 mois à venir. Toutefois, le texte ne fait pas mention du rôle que jouera le président Bachar el-Assad dans l'avenir politique de la Syrie, point qui est au centre de désaccords entre les positions russes et américaines.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales