Yémen : le cessez-le-feu suspendu une semaine après sa mise en place

Des militants Houthis patrouillent au Yémen © Khaled Abdullah Source: Reuters
Des militants Houthis patrouillent au Yémen

La délégation rebelle houthie a déclaré qu’elle ne reprendrait pas le dialogue afin d’en finir avec la guerre faisant rage au Yémen depuis huit mois, à moins que l’ONU ne condamne le gouvernement yéménite pour avoir violé la trêve.

Les deux belligérants ont déclaré que les pourparlers de paix qui se tenaient en Suisse avaient été suspendus pour une durée indéterminée après que la délégation rebelle houthis chiite ne décide d'interrompre les rencontres avec le gouvernement reconnu par la communauté internationale, afin de protester contre une violation du cessez-le-feu.

Les représentants des deux parties ont déclaré vendredi que les Houthis ne reprendraient pas la discussion à moins que les Nations unies condamnent le gouvernement pour avoir violé la trève, qui aura duré une semaine. Les combattants houthis sont, pour leur part, accusés d’avoir ignoré le cessez-le-feu. 

Lire aussi : Deux missiles balistiques lancés depuis le Yémen vers l’Arabie saoudite


Les combats opposent les Houthis, et des unités militaires restées fidèles à l'ancien président Ali Abdallah Saleh, au président Abd Rabbo Mansour Hadi, qui est lui soutenu par les Etats-Unis et une coalition arabe dirigée par l’Arabie saoudite.

Sur le théâtre des opérations, des observateurs officiels neutres, ont déclaré que les combattants des deux côtés refusaient de respecter la cessation des combats. Tous les représentants se sont exprimés de façon anonyme, conformément à la législation.

Lire aussi : La nouvelle coalition saoudienne vise-t-elle la lutte contre Daesh ou contre l'influence chiite ?

Le 17 décembre, les Nations unies ont affirmé que les pourparlers visaient à mettre en place un cessez-le-feu permanent et qu’une transition politique avait démarré dans un lieu tenu secret, en Suisse.

«Les consultations soutenues par l’ONU visant à trouver une solution durable à la crise au Yémen ont commencé aujourd’hui en Suisse. Ces consultations ont pour but de mettre en place un cessez-le-feu global et permanent, d’améliorer la sécurité des missions humanitaire et de revenir à une transition politique pacifique et ordonnée», selon un communiqué lu le 17 décembre par le porte-parole des Nations unies, Ahmad Fawzi.

La guerre au Yémen a fait depuis le mois de mars dernier quelque 6 000 morts et 28 000 blessés, dont de nombreux civils. Selon l'ONU, ce conflit a affecté direcement 80% de la population du pays.

Lire aussi : Cessez-le-feu en Yémen ? Les loyalistes de Hadi luttent contre les forces houthies à Taïz

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales