Israël : la top modèle Bar Rafaeli sous le coup d'une enquête pour évasion fiscale

© Paolo Bona Source: Reuters

Loyers impayés, avantages fiscaux non déclarés... Le célèbre mannequin et ex-petite amie de Leonardo Di Caprio est pourtant à la tête d'une fortune estimée 20 millions de dollars.

C'est un scandale de plus pour la belle israélienne : après un mariage en grande pompe en septembre pour lequel elle avait tenté d'obtenir la suspension du trafic aérien au dessus du lieu où devait se dérouler la noce, la voilà maintenant accusée de ne pas avoir déclaré un certain nombre de revenus et d'avantages. 

Les autorités fiscales israéliennes qui l'ont interrogée pendant 12 heures selon le Guardian semblent peu sensibles à son charme et peu enclines à lui accorder un traitement de faveur.

La jeune femme et sa mère sont officiellement poursuivies pour ne pas avoir déclaré des rabais sur des produits de luxe et des avantages fiscaux qui auraient dû être soumis à l'impôt sur le revenu. 

Bar Rafaeli ne se serait par ailleurs pas acquitté complètement du loyer pour son appartement de Tel-Aviv, aurait payé un architecte d'intérieur en nature en lui promettant de lui faire de la publicité en échange de son intervention non rémunérée et enfin, elle aurait reçu une voiture qu'elle n'a pas payée non plus contre la garantie de faire de la publicité à la marque. 

Ce sont précisément ces charges que les magistrats de Tel-Aviv ont retenues contre elle, l'accusant de ne pas avoir déclaré ces services. 

La belle a appris aujourd'hui qu'elle ne pourrait quitter le pays sans l'accord des autorités et sans s'acquitter d'une caution de 65 000 dollars. 

Ses avocats rejettent les allégations qui pèsent sur leur cliente et tentent de démontrer qu'elle n'est pas résidente israélienne, ce qui lui permettrait de se soustraire à l'imposition qui va de pair avec ce statut. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales