Un Thaïlandais risque la prison pour s'être moqué du chien royal

Un Thaïlandais risque la prison pour s'être moqué du chien royal© Reuters Source: Reuters

Placé en détention provisoire dans un lieu tenu secret en attendant la tenue du procès, l'accusé, ouvrier dans une usine, risque une peine de 37 ans de prison.

Sacralisé en Thaïlande, le roi Bhumibol Adulyadej est une institution à lui tout seul. Émettre la moindre critique à son encontre se termine inéluctablement par une lourde condamnation. Il en va de même pour son entourage, même pour son fidèle compagnon, à savoir son chien prénommé Tongdaeng.

C'est l'amère expérience qu'est en train de vivre Thanakorn Siripaiboon, âgé de 27 ans. Le jeune homme est inculpé en vertu de l'article 112 du Code criminel pour avoir «aimé» un contenu Facebook jugé diffamatoire envers la monarchie thaïlandaise. Il a également été accusé de sédition en vertu de l'article 116 pour avoir publié une infographie concernant le parc à thème historique, Rajabhakti, où sont honorés les derniers rois thaïlandais. Le document en question faisait référence à un scandale de corruption qui a éclaboussé l'armée, initiatrice d'un projet de construction de sept statues géantes de rois thaïlandais. Plusieurs de ses membres auraient exigé auprès des entrepreneurs de verser des pots de vin pour en décrocher la réalisation. l'Opposition thaïlandaise est quant à elle montée au créneau pour dénoncer les dérives de la junte militaire en tentant d'organiser plusieurs manifestations mais celles-ci ont rapidement été étouffées.

Depuis le coup d'Etat survenu en 2014, les infractions dit crimes de lèse-majesté sont désormais jugés par des tribunaux militaires où l'interjection appel est formelement interdite. En Août 2015, un tribunal militaire a condamné, lors d'un procès à huis clos, un homme à 30 ans de prison pour diffamation envers la monarchie thaïlandaise. Cette décision est la plus lourde jamais enregistrée dans le pays pour un cas de lèse-majesté. 

Lire aussi : Transféré en cellule d’isolement, Ali Al-Nimr pourrait être décapité sous peu

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»