En Allemagne, le mot «réfugiés» est sur toutes les lèvres, ce qui déplaît fortement à certains

Une classe d'intégration pour élèves réfugiés à Giessen à 40km de Francfort.© Kai Pfaffenbach.
Une classe d'intégration pour élèves réfugiés à Giessen à 40km de Francfort.

Alors que «réfugié» a été officiellement élu mot de l'année en Allemagne, une école près de Leipzig a été le théâtre d'agressions violentes d'élèves allemands sur des enfants réfugiés qui venaient de rejoindre une classe d'intégration.

Après un vote d'un jury d'experts linguistiques la Société pour la langue allemande a annoncé que le mot «Réfugiés» («Flüchtlinge») a été désigné mot de l'année en Allemagne, qui fait face à un afflux sans précédent de migrants.

Mais bien que ce mot soit dans toutes les bouches et que la société allemande prend l'accueil des migrants positivement dans sa majorité, certains problèmes persistent, notamment à l'Est du pays, connu pour être le bastion des nationalistes de Pegida.

Ainsi, à Leipzig (Saxe), un groupe d'élèves âgés de 13 à 14 ans ont attaqué les élèves réfugiés en les bousculant, leur crachant dessus et leur jetant des pierres, selon la police. A la suite de ces violences, une fillette âgée de seulement neuf ans a eu une fracture du bras et a du se faire poser un plâtre, a rapporté The Local.

Une autre adolescente, âgée de 14 ans, a du examinée par un médecin après avoir reçu des coups et avoir été plaquée et écrasée au sol. Les assaillants ont été poursuivis en justice pour coups et blessures graves ayant entraîné des séquelles physiques et psychologiques. 

Le groupe d'enfants allemands avaient déjà été signalés pour des agressions physiques et verbales sur des réfugiés au cours du mois dernier alors que ceux-ci avaient intégré l'établissement pour suivre un cours intitulé «l'allemand comme troisième langue».

«Il semblerait que les enseignants et la direction de l'école ne trouvent pas utile de s'entretenir avec les parents des agresseurs» a indiqué la police dans sa déclaration, ajoutant qu'il n'y avait «pas de place pour une atmosphère violente d'extrême-droite dans un endroit comme l'école». 

«Il est hors de question que les autorités éducatives de la Saxe continuent à regarder impuissants l'émergence d'une nouvelle génération de jeunes nationalistes violents qui se livrent à des agressions sur d'autres élèves avec l'approbation de leurs parents», ajoute le communiqué. 

L'enquête est en cours pour déterminer les sanctions qui seront mises en oeuvre contre les agresseurs. Par ailleurs, l'école a assuré vouloir mettre en place des mesures pour sécuriser l'accueil des élèves réfugiés. 

La ville de Leipzig semble se faire une triste réputation au sujet de l'accueil des migrants. Jeudi 9 décembre, une tretaine de personnes ont caillassé un bus qui acheminait des réfugiés dans la petite ville de Jahnsdorf.

Il y a quelques jours, le nombre de réfugiés entrés sur le sol allemand a dépassé 1 million. La plupart d'entre eux sont syriens.

Lire aussi : Migrants, une crise mondiale potentiellement explosive

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales