Près de 34 civils syriens tués dans des frappes aériennes présumées de la coalition occidentale

Bombardement dans la province d'Idlib en Syrie le 2 octobre 2015 Source: Reuters
Bombardement dans la province d'Idlib en Syrie le 2 octobre 2015

Une attaque aérienne menée par la coalition dirigée par les Etats-Unis sur un village syrien aurait fait près de 34 morts parmi la population civile, selon des sources locales. L'armée américaine a indiqué examiner ces allégations.

Les frappes aériennes présumées de la coalition occidentale en Syrie et en Irak ont touché le village de Al-Khan ce lundi. Elles auraient tué au moins 26 civils, selon des sources occidentales. D'autres sources locales ont indiqué que 34 civils avaient été tués, dont des femmes et des enfants tandis que 17 autres personnes ont été blessées.

Selon Alla Ebrahim, un observateur de la politique syrienne, le total des morts devrait certainement augmenter : «Nous avons une source à l'hôpital d'Al-Malikiyah qui avance le nombre de 30 morts et 17 blessés et ce nombre risque d'augmenter car beaucoup de personnes n'ont pas voulu être emmené à l'hôpital par peur d'être arrêté par les kurdes ou le gouvernement syrien», a-t-il déclaré. Une source au sein de l'armée syrienne a confirmé à RT, sous couvert de l'anonymat, que la zone avait effectivement été frappée mais que les forces armées de Syrie ne se trouvaient pas dans la région.

«S'il s'avère que l'information est crédible, nous mènerons une enquête»

Le colonel Steve Warren, porte-parole de la coalition menée par les américains a indiqué à l'Afp que les Etats-Unis examinaient actuellement les allégation qui accusent les avions de chasse de la coalition d'être responsable des dizaines de civils tués. «S'il s'avère que l'information est crédible, nous mènerons une enquête et nous rendrons public les conclusions de cette enquête», a-t-il affirmé. Le colonel n'a pas été capable de préciser si des avions de la coalition mise en place par les américains étaient présents dans la zone ce lundi.

Alla Ebrahim estime que si la responsabilité de la coalition menée par les Etats-Unis dans les frappes de lundi était avérée, l'événement pourrait servir le discours du président syrien Bachar al-Assad qui appelle à ce que toutes les forces contre l'Etat islamique s'unissent à Damas pour une action plus efficace.

Ce lundi, la Syrie a accusé la coalition occidentale d'avoir bombardé un camp de l'armée syrienne dans la province de Deir Ezzor, tuant plusieurs soldats, en violation de son espace aérien. Le colonel Steve Warren a démenti toute culpabilité. Pour Alla Ebrahim, il pourrait s'agir d'un avertissement des américains aux forces russes afin de prouver que malgré le déploiement par la Russie du système de défense antiaérien S-400 Triumph, l'armée américaine garde une capacité de nuisance certaine même parmi les plus proches alliés de Moscou.

Lire aussi: La Russie convoque une réunion du Conseil de sécurité après l’incursion des troupes turques en Irak

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales