Obama, nouveau converti à la lutte contre l'Etat islamique ?

Source: Reuters

Un temps passé au deuxième plan par l'administration Obama depuis la mort d'Oussama Ben Laden, la lutte contre le terrorisme est redevenue une cause nationale depuis l'inquiétante montée en puissance de l'Etat islamique.

Changement de sémantique pour Barack Obama au sujet de la lutte contre le terrorisme. Accusé de laxisme par les Républicains sur les questions de sécurité et de politique étrangère, le président américain est forcé de changer de stratégie pour regagner en crédibilité auprès de la population. Le dernier attentat survenu à San Bernardino et revendiqué par l'Etat islamique rappelle aux Américains que leur pays demeure toujours une cible de choix pour les terroristes.

Le changement cap de barack Obama

Face à ce contexte sécuritaire à nouveau dégradé, le président Obama effectue ses premières inflexions au sujet de la lutte contre l'Etat islamique. Passant de la nécessité de «contenir le danger», il évoque désormais l'obligation pour son pays de la nécessité d'éliminer les terroristes.  «Nous les éliminerons. Nous reprendrons les terres où ils sont, nous supprimerons leurs financements, nous traquerons leurs dirigeants.» a-t-il lancé à Kuala Lumpur, peu après les attentats ayant ensanglanté Paris le 13 novembre. Un revirement bien tardif qui pour de nombreux observateurs, traduit un aveu d'inéficacité de la politique étrangère menée par les Etat-Unis en Irak et en Syrie. L'arrêt en octobre dernier, du financement à hauteur de 500 millions de dollars des milices rebelles censées attaquer sur le front en est l'exemple le plus probant. La problématique majeure du manque de lisibilité de la politique étrangère de l'administration Obama sous-tend en réalité une absence réelle de stratégie dans la lutte contre le terrorisme. A maintes reprises, le président américain a par ailleurs avoué cet état de fait.

Le changement de position vis-à-vis de Moscou

L'initiative politique et militaire de la Russie en Syrie ont pris les pays occidentaux de court. Ne parvenant pas à dégager un consensus dans les priorités à définir en Syrie, les pays occidentaux, Etats-Unis en tête, ont préféré ne pas directement viser l'Etat islamique en apportant un soutien sans faille à des groupuscules armés dont la légitimité est aujourd'hui plus que controversée. Une stratégie qui n'a par ailleurs pas porté les résultats escomptés.

C'est dans ce contexte que Moscou a décidé d'indiquer sa position sans ambiguïté. Associer les pays qui ont décidé de faire de l'Etat islamique un ennemi commun. Une vision désormais partagée à  demi-mot par Washington qui a récemment demandé le concours de la Russie pour l'éradication rapide de l'Etat islamique.


Lire aussi : Barack Obama insiste sur la nécessité d'un engagement au sol dans la lutte contre Daesh

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales