Un ministre autrichien veut fermer des jardins d'enfants islamiques, vecteurs de radicalisation

Sebastian Kurz, le ministre de l'Intégration autrichien. Source: Reuters
Sebastian Kurz, le ministre de l'Intégration autrichien.

Un rapport autrichien affirme que les jardins d'enfants islamiques seraient négatifs pour l'intégrations d'enfants musulmans. Le ministre de l'Intégration envisage leur fermeture.

C’est ce que l’on appelle prendre le problème à la racine… Le ministre de l’Intégration autrichien Sebastian Kurz a insisté sur la nécessité, selon lui, de fermer «de nombreux jardins d’enfants islamiques», qui serait un repère de radicaux.

Le ministre, âgé de seulement 29 ans, a en effet commandé une étude qui offre un constat inquiétant. Selon ce rapport publié dans le quotidien Kurier, de nombreux parents autrichiens d’enfants musulmans chercheraient à établir un monde parallèle isolant les enfants de toutes les influences non-islamiques.

Selon le ministre, il y a ainsi 150 écoles maternelles islamiques à Vienne, et la majorité bénéficie d’un financement étatique. «Je suis convaincu que nous devrions fermer plusieurs installations», estime Sebastian Kurz suite à ce rapport. 

Dans ce dernier, les problématiques évoquées sont le personnel qui serait très religieux et empêcherait les enfants d’être exposés à des points de vue alternatifs ; les enseignements qui seraient éloignés des programmes classiques, et ressembleraient parfois aux enseignements trouvés dans les madrassas du Pakistan ou d’Afghanistan ; la langue allemande, qui serait rarement enseignée malgré la loi.

Pour Sebastian Kurz, la priorité serait donc de «protéger les enfants». Et pour lui, il est essentiel «d’arrêter d’ignorer le problème car cela ne nous aide pas».

Dans les prochaines semaines, Sebastian Kurz a donc prévu des contrôles renforcés dans les jardins d’enfants, mais aussi l’éventuel vote de nouvelles lois.  

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales