L’Allemagne expulse un homme pour avoir combattu contre Daesh en Syrie

Les combattants kurdes font la guerre à l'Etat islamique© Rodi Said Source: Reuters
Les combattants kurdes font la guerre à l'Etat islamique

Un Australien, qui avait rejoint un groupe en Syrie pour se battre contre les terroristes de l’Etat islamique sera extradé vers son pays d'origine par l’Allemagne, a indiqué le ministère des Affaires étrangères.

L’histoire d’Ashley Dyball n’est pas anodine. Ce jeune australien qui s’était engagé dans les Unités de protection du peuple, une milice kurde, afin de combattre Daesh en Syrie, avait décidé de prendre un break et de rentrer en Europe. Mais malheureusement pour lui, il a été interpellé en Allemagne par les autorités.

Jugé dans la foulée, «une cour allemande a prononcé la décision que Monsieur Dyball sera extradé vers l’Australie», a indiqué une porte-parole du département des Affaires étrangères et du Commerce d'Allemagne, jointe par l’agence de presse française AFP. Le ministère n’a toutefois pas précisé la teneur des charges qui lui sont reprochées.

Inquiètes du nombre de ses citoyens qui rejoignent des groupes extrémistes pour faire la guerre en Irak ou en Syrie, les autorités australiennes ont introduit de nouvelles lois antiterroristes qui interdisent à ses ressortissants de partir combattre sur place, et ce quel que soit le camp pour lequel ils s'engagent. A l’heure d’aujourd’hui, les Australiens qui sont partis se battre dans cette région du Moyen-Orient sont estimés à 110, dont 45 ont déjà perdu la vie dans le conflit.

En savoir plus : «J’espère que ma mère est OK» : une Australienne abandonne ses enfants pour rejoindre Daesh

Ashley Dyball n’est pas le premier Australien à avoir décidé de prendre les armes pour combattre l’organisation Etat islamique. Reece Harding, un jeune homme de 23 ans, s’était également rendu en Syrie pour combattre aux côtés des Kurdes. Il avait péri en marchant sur une mine.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales