«J’espère que ma mère est OK» : une Australienne abandonne ses enfants pour rejoindre Daesh

Une musulmane se promenant dans la rue Source: Reuters
Une musulmane se promenant dans la rue

Les jeunes gens qui n’ont rien à perdre ne sont pas les seuls à rejoindre Daesh : une mère australienne a abandonné ses enfants pour voyager en Syrie et vivre avec l’Etat islamique (EI). Plus de 100 Australiens ont déjà suivi cette voie.

Le cerveau de Jasmina Milovanov, âgée de 26 ans, selon ses amis, a été lavé par un site djihadiste pour femmes.

La musulmane convertie de l'ouest de Sydney a fait garder un soir ses deux enfants de cinq et sept ans par une baby-sitter et n’est jamais revenue. Elle lui aurait dit qu’elle s’absentait de son domicile pour acquérir une nouvelle voiture. Cela s’est passé le mois dernier, selon The Daily Telegraph.

La nouvelle est venue dans la forme d’un texto envoyé à son ex-mari turco-australien le 3 mai lorsque ce dernier se trouvait en Turquie.

Milovanov a écrit qu’elle était maintenant en Syrie et a dit que ses enfants étaient entre de bonnes mains, tout en demandant à son ex-mari de retourner en Australie.

L’histoire est parvenue à la connaissance de la police plusieurs jours après, alors que les enfants ont été receuillis par un parent de l’ex-mari. La police, cependant, n’a pas confirmé l’information de The Telegraph sur la disparition de Milovanov.

«La seule chose à laquelle je peux penser, ce sont mes enfants. Je ne peux pas croire qu’elle a laissé ses deux beaux enfants. Mon fils disait quelques jours après qu’il espérait que “sa mère était OK”, a dit le parent anonyme au journal australien.

«Je lui ai parlé avant sa disparition (de ses posts extrémistes sur Facebook). J’ai dit que c’était extrême et stupide. Je l’ai mise en garde contre ses nouveaux amis avec qui elle passe tout son temps».

Le citoyen turco-australien a décrit son ex-femme comme une femme influençable et une rêveuse aux tendances impulsives. Il dit qu’il ne veut pas que sa femme «finisse sa vie» comme ça. Malgré le fait qu’il pense que c’était son propre choix, il croit aussi qu’elle «a rencontré quelqu’un qui l’a influencée». 

Milovanov, qui a pris le nom d’Assma Abdoullah, a ensuite posté sur Facebook qu’elle se trouvait sur «la terre bénie de l’islam». Elle a aussi écrit «pardonnez-moi tout, s’il vous plaît» juste en-dessous. Néanmoins, après avoir été confronté aux commentaires désapprobateurs de ses amis, elle a supprimé la publication.

On a découvert plus tard que Milovanov avait une amie du nom de Zehra Duman sur Facebook, une ex-habitante de Melbourne et célèbre recruteuse de femmes mariées djihadistes. La nouvelle recrue de Daesh a soutenu Duman en ligne, alors que la djihadiste qui venait de devenir veuve partageait des détails sur sa nouvelle vie en Syrie, selon The Telegraph.

Comme Milovanov, Duman est jeune, âgée seulement de 21 ans. Elle aussi a quitté son, laissant sa famille en état de choc. Après la mort de son mari, elle a commencé son activité actuelle de recruteuse de femmes mariées djihadistes.

Un ex-ami de Milovanov a dit plus tard au journal australien que son «impressionnabilité» l’a mené à croire que Daesh était une organisation honnête et que tout le monde en Syrie était traité de manière équitable et menait une vie pacifique. Elle aurait rêvé de se marier un «lion» djihadiste.

«Elle parlait toujours du mariage et de trouver un homme. Mais quand les hommes s’intéressaient à elle, elle les rejetait et disait qu’elle attendrait son mari à Jannah (le paradis de l’islam)», se rappelle son ami. «Elle pensait que toutes les actions de Daesh étaient justifiées».

Les autorités s’interrogent sur les motifs de Milovanov. Dans le sillage d’une enfance difficile, elle s’était convertie à l’islam à la fin de son adolescence après avoir rencontré son ancien mari en Nouvelle-Galles du Sud [Etat australien]. Le couple s’est marié en 2006, puis a divorcé sur fonds de reproches d’impiété adressés par Milovanov à son mari, selon The Telegraph.

La musulmane convertie avait exprimé sa volonté que son mari se laisse pousser la barbe et qu’ils déménagent dans un quartier musulman communautaire de Sydney.

Milovanov n’avait pas de travail à temps plein, le dernier emploi qu’elle a occupé était dans un centre d’appels. Ses revenues comprenaient également les allocations familiales auxquelles elle avait droit en tant que mère célibataire.

«Je suis très bouleversée, je ne même sais pas ce qu’elle a fait, nous sommes tous choqués», a dit la mère de Milovanov à la chaîne de télévision australienne Network Ten, affirmant n’avoir observé aucun signe avant-coureur.

«Elle n’a jamais rien mentionné, elle n’en a jamais parlé. Elle vivait, amenait ses enfants à l’école. Je l’ai même vue une semaine avant et elle allait bien», a ajouté sa mère. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales