Contingent supplémentaire des Etats-Unis en Irak : un «acte d’agression» pour Bagdad

Des soldats américains en Irak Source: Reuters
Des soldats américains en Irak

Le Premier ministre irakien Haïder al-Abadi s’est fermement opposé au déploiement des troupes étrangères sur le territoire de son pays, sans l’accord officiel de son gouvernement.

«Nous insistons de nouveau sur le fait que l’Irak n’a pas besoin d’un contingent terrestre étranger et ne demande à aucun pays d’envoyer ici ses troupes. Tout débarquement [de militaires étrangers] sera considéré comme un acte d’agression», a souligné Haïder al-Abadi dans un message publié sur Facebook.

نجدد التأكيد على عدم حاجة العراق الى قوات برية اجنبية، ولم نطلب من اية دولة ارسال قوات برية اجنبية وسنعد ارسالها عملا معاديا.

Posted by Haider Al-Abadi on 3 декабря 2015 г.

Le 2 décembre, le secrétaire de presse de la Maison blanche, Josh Earnest, avait déclaré qu’al-Abadi soutenait l’initiative de Washington d’envoyer en Irak une force opérationnelle de 200 militaires dans le but de faire face aux combattants de Daesh (Etat islamique).

Plus tôt, la même journée, le représentant du Pentagone Steve Warren avait déclaré que «près de 100 personnes, peut-être un peu moins» seraient envoyés par les Etats-Unis en Irak.

En savoir plus : Washington va déployer en Irak des forces spéciales supplémentaires qui pourront intervenir en Syrie

La veille, le chef du Pentagone Ashton Carter avait annoncé, pour la première fois, devant le comité de Défense du Congrès, l’intention d’aider le gouvernement irakien à combattre Daesh par des détachements supplémentaires de soldats. Ces militaires, de l’avis de la défense américaine, seront aussi à même d’effectuer des opérations militaires indépendantes en territoire syrien.

En savoir plus : Les Etats-Unis sont prêts à déployer plus de troupes en Syrie

Une coalition internationale de 65 pays, avec à sa tête les Etats-Unis, mène depuis août 2014 une campagne de bombardements en territoire irakien et soutient les forces kurdes qui luttent au sol contre Daesh. Un mois plus tard, la coalition a également commencé à lancer des frappes aériennes contre des positions des terroristes en Syrie.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales