Le président ukrainien chahuté par des manifestants en Suisse

Caption d'ecran: YouTube channel //Accidents News
Caption d'ecran: YouTube channel //Accidents News

Le président ukrainien Petro Porochenko s’est trouvé dans une situation délicate pendant sa visite en Suisse. Sa conférence à l’Université de Zurich a été perturbée par des manifestants qui l’ont hué et empêché de parler pendant quelques secondes.

Le président ukrainien Petro Porochenko, qui est attendu au Forum économique mondial de Davos, a d’abord participé au Symposium Churchill de l’Europe, un événement organisé chaque année depuis 1996 à l’Université de Zurich. Son intervention à Zurich a été interrompue par un participant qui a crié: « Je ne resterai assis dans cette salle avec un tueur d’enfants!  » L’exclamation a été suivie d’un chahut qui laissé le président ukrainien sans voix pendant quelques secondes.

Il a essayé ensuite de reprendre son discours, mais sans grand succès. Des mots russes obscènes ont fait écho au concert de brouhaha avant que Porochenko reprenne finalement ses esprits. « Pour ceux qui comprennent ce que cette femme a dit, son niveau culturel parle de lui-même », s’est écrié Porochenko en éclantant de rire. «  Gloire à l’Ukraine », - a-t-il ajouté en ukrainien.

Porochenko est arrivé en Suisse quelques jours après avoir ordonné une mobilisation générale dans le cadre l’opération punitive du régime de Kiev contre les insurgés à l’Est du pays. Cet ordre a été suivi dimanche d’une offensive massive.

En savoir plus : Kiev mobilise ses troupes, le conflit reprend de l’ampleur

Les forces armées de Kiev sont aux prises depuis avril 2014 avec les insurgés dans l’Est du pays, ayant recours régulièrement à des bombardiers, de l'artillerie lourde, des lance-roquettes multiples et des missiles. Les milices locales ont pris les armes après le coup d’Etat de février 2014 à Kiev qui a porté le gouvernement actuel au pouvoir.

L’Ukraine et ses patrons étrangers accusent la Russie de fournir des armes et des troupes aux forces d’autodéfense sans présenter de preuves concluantes. Du point de vue de Moscou, Kiev commet des crimes de guerre contre son propre peuple avec la complicité de ses alliés occidentaux.

Plusieurs organisations internationales de défense des droits de l'homme et du droit humanitaire, y compris Human Rights Watch et le Comité international de la Croix-Rouge ont appelé à plusieurs reprises les forces gouvernementales et insurgées à cesser d’utiliser des armes non discriminantes et  à préserver la population civile des combats. L’ONU estime qu’au moins 4800 personnes ont péri pendant le conflit dans l’Est de l’Ukraine.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales