La fusillade de San Bernardino relance le débat sur les armes, à quelques mois des élections aux USA

Hillary Clinton, l'une des candidates aux élections présidentielles de 2016© Scott Audette Source: Reuters
Hillary Clinton, l'une des candidates aux élections présidentielles de 2016

Alors qu'une nouvelle fusillade a eu lieu en Californie, la 352eme cette année aux Etats-Unis, les politiciens ont été nombreux à réagir, relançant ainsi un vieux débat, et ce en pleine courses aux élections présidentielles de 2016.

Le président Obama lui-même a réagit très rapidement, et a de nouveau dénoncé le manque de contrôle sur les armes à feu. Il a appelé à des «lois de bon sens sur la sécurité des armes», estimant : «je dis cela à chaque fois que nous connaissons une fusillade de masse».

Barack Obama a ensuite déclaré : «Nous ne connaissons pas encore les motifs des tireurs mais ce que nous savons, c’est qu’il y a des pas que nous pouvons faire pour améliorer la sécurité des Américains», ajoutant que «nous ne devrions jamais penser que c’est juste quelque chose qui arrive dans le déroulement normal des événements, parce que cela n’arrive pas avec la même fréquence dans d’autres pays».

En savoir plus : Sur le sujet des armes «Obama est concerné, mais impuissant», estime l'historien François Durpaire

La candidate à l'investiture démocrate pour les présidentielles Hillary Clinton a abondé dans le même sens, appelant à «prendre des mesures» pour un contrôle plus strict des armes à feu aux Etats-Unis.

Bernie Sanders, le principal rival de Clinton chez les démocrates a lui aussi déploré que «les fusillades arrivent quasi quotidiennement dans ce pays».

Le candidat républicain Donald Trump a lui tenu à remercier les forces de l'ordre pour leur gestion de la situation sur place.

Du côté républicain, Jeb Bush et Ben Carson ont également réagit en offrant leurs prières aux victimes et à leur famille.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales