Après l'arrestation de deux journalistes, le journal turc Cumhuriyet face à un contrôle fiscal

Vendredi dernier, plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés devant le siège du journal à Istanbul pour dénoncer l'incarcération des deux journalistes Source: Reuters
Vendredi dernier, plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés devant le siège du journal à Istanbul pour dénoncer l'incarcération des deux journalistes

Le directeur général du journal turc Cumhuriyet, Akin Atalay, a annoncé que son média allait faire face à un contrôle fiscal.

Le directeur général du quotidien Cumhuriyet, Akin Atalay, a annoncé mardi que le journal allait prochainement faire face à un contrôle fiscal, selon Reuters. Deux journalistes de ce quotidien d'opposition, le rédacteur en chef, Can Dündar, et le correspondant à Ankara du journal, Erdem Gül, ont été arrêtés jeudi 26 novembrepour «terrorisme», «espionnage» et «divulgation de secrets d'Etat» après la publication de photos dans le journal prétendant faire état de livraison d'armes de la Turquie en Syrie. 

L'appel des deux journalistes rejetés

« Ils nous ont informé qu'ils allaient une fois de plus inspecter les comptes du journal Cumhuriyet de 2010 », a indiqué Akin Atalay sur Twitter ce lundi. Les livres comptables du journal turc d'opposition tiré à près de 50 000 exemplaires auraient déjà été vérifiés il y a trois ans, précise le directeur général du journal.

Ce mardi, l'appel déposé par l'avocat des deux journalistes emprisonnés a été rejeté par le tribunal d'Istanbul, estimant que la procédure est «conforme au droit et aux procédures» et que les documents publiés par le journal «ne peuvent pas être considérés comme relevant des activités journalistiques». Le quotidien avait dévoilé des photos de l'arrestation par des policiers de camions des services secrets turcs (MIT) transportant des armes à destination de rebelles islamistes en Syrie. Le rédacteur en chef du quotidien Cumhuriyet, Can Dündar, et le correspondant à Ankara du journal, Erdem Gül, placés en détention jeudi dernier, ont appelé l'Union européenne à faire pression sur la Turquie, dans une lettre à Angela Merkel, samedi dernier. Ils risquent jusqu'à 45 ans de prison.

RSF dénonce la persécution des journalistes turcs

Ce mardi, l’Association des journalistes turcs (TGC) en partenariat avec Reporters sans frontières (RSF) a appelé à la libération des journalistes de Cumhuriyet Can Dündar et Erdem Gül et de leurs confrères injustement emprisonnés en Turquie, au cours d'une conférence de presse à Istanbul. « Il semble qu’en Turquie la justice poursuive plus régulièrement les journalistes que les complices de Daesh », a notamment déclaré le secrétaire général de RSF, Christophe Deloire.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan qui a porté plainte personnellement à l'encontre des deux journalistes, est au centre des critiques depuis plusieurs jours. Le président russe Vladimir Poutine avait indiqué avoir des informations attestant que le pétrole de Daesh arrive en Turquie. Le président de la Turquie a fortement contredit ces accusations déclarant être prêt à démissionner si ces accusations étaient prouvées.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales