La dépouille du pilote russe tué par les rebelles syriens est arrivée à Moscou (VIDEO)

Source: Sputnik

Le corps du pilote russe tué par des rebelles syriens après que son avion a été abattu par la Turquie a été rapatrié vers Moscou. Mais les relations restent tendues entre les deux pays. Il n'y aura pas d'entrevue entre Poutine et Erdogan à Paris.

Le corps du pilote du chasseur-bombardier russe Sukhoï Su-24 abattu la semaine dernière par l'aviation turque à la frontière syrienne est arrivé lundi en Russie, a rapporté l'agence de presse gouvernementale turque Anatolie.

La dépouille d'Oleg Pechkov, remise aux autorités turques, a été rapatriée dimanche de la région frontalière de Hatay (sud) à Ankara, où une cérémonie s'est déroulée en présence de représentants russes.

Elle a pris la direction de la Russie lundi matin, selon Anatolie.

Le Su-24 a été abattu mardi dernier par des chasseurs F-16 turcs alors qu'il revenait d'une mission de combat dans le nord-ouest de la Syrie. Un des deux pilotes, Oleg Pechkov, a été tué alors qu'il retombait sur la terre ferme en parachute après s'être éjecté de son appareil. L'autre a été secouru à l'issue d'une opération des forces spéciales russes et syriennes qui a coûté la vie à un soldat russe.

Par ailleurs, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov a expliqué ce matin en marge de la COP21 à Paris «qu'aucune rencontre n'est prévue» entre les présidents Poutine et Erdogan durant leur séjour à Paris. Furieuse, la Russie demande toujours des excuses à la Turquie, ce que refuse son président, Reccep Tayyip Erdogan. Ce dernier avait toutefois exprimé le souhait de profiter de leur présence à Paris pour rencontrer président russe à Paris. 

En revanche, le Kremlin a assuré qu'il y aurait «vraisemblablement» des discussions «dans les couloirs» du sommet entre Vladimir Poutine et le président américain Barack Obama.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales