Terrorisme : La Belgique déploie ses soldats et la Grande-Bretagne relève son niveau d’alerte

Deux policiers gardent le bâtiment du Conseil d'Europe. (REUTERS/Yves Herman)Source: Reuters
Deux policiers gardent le bâtiment du Conseil d'Europe. (REUTERS/Yves Herman)

L’Europe est aujourd’hui en état d'alerte avancée après les descentes anti-terroristes qui ont permis d’arrêter une vingtaine de personnes.

En Grande-Bretagne, les autorités ont relevé le niveau d’alerte à « grave », redoutant des attaques similaires à celles qui ont été prévenues de justesse en Belgique, où les forces militaires ont été déployées pour protéger les sites clés.

Après la descente de police sur la cellule extrémiste en Belgique qui a permis de déjouer un attentat imminent, la Grande-Bretagne a relevé d’un cran son niveau d’alerte. D’après les médias, les autorités britanniques redoutent qu’une attaque similaire soit perpétrée au Royaume-Uni, raison pour laquelle le degré d’alerte terroriste dans le pays est désormais au deuxième niveau d’une échelle qui en compte cinq.

Les autorités veulent armer les patrouilleurs avec des armes à impulsion électrique supplémentaires qui immobilisent la cible par un choc puissant. Contrairement aux forces de police d’Europe continentale, les policiers britanniques ne sont généralement pas armés. La menace terroriste s’est intensifiée, beaucoup redoutent la répétition du meurtre du soldat Lee Rigby, qu’un djihadiste solitaire avait assassiné en pleine rue en mai 2013, à Woolwich, au sud de Londres.

La police britannique a aussi renforcé les patrouilles postées à proximité des sites juifs en raison des craintes d’attaques antisémites. L’une des attaques qui s’est déroulée à Paris la semaine derrière – et qui a provoqué la réponse anti-terroriste en Europe – avait pris pour cible un supermarché casher.

Dans le cadre de ce renforcement sécuritaire, une jeune femme de 18 ans a été arrêtée jeudi à l’aéroport de Stansted dans l’Essex, a fait savoir Scotland Yard. Elle est suspectée d’appartenir à une organisation interdite et de faire partie d’un complot terroriste.

Dans le même temps, la Belgique a commencé samedi à déployer des soldats pour renforcer les patrouilles de police. Près de 300 soldats sont attendus à Bruxelles et à Anvers, en raison de l’importance de la communauté juive dans ces deux villes.

Outre les quartiers juifs, les soldats pourraient être chargés de protéger certaines ambassades, a déclaré le ministre belge de la Défense Steven Vandeput, dans une interview diffusée sur la chaîne VRT. D’après un fonctionnaire du ministère belge de l’Intérieur, les forces spéciales de la police ont écroué 13 personnes au cours des opérations spéciales de jeudi. Idem pour deux hommes d’origine belge arrêtés en France. Les autorités ont relevé le niveau de menace terroriste d’un cran. Il est désormais à trois sur un maximum de quatre.

(Reuters / Stringer)Source: Reuters
(Reuters / Stringer)

Selon les informations de Proto Tema, la police grecque, avec l’aide d’Europol, a interpellé samedi quatre personnes d’origine marocaine à Athènes. L’une d’elles est suspectée d’être un leader islamiste en Belgique. L’enquête est en cours.

Les forces de l’ordre en Allemagne mènent une enquête sur les menaces visant les gares ferroviaires de Berlin et de Dresde, de même que les manifestations hebdomadaires contre les immigrés qui ont dans la ville, selon Der Spiegel.

« Nous prenons au sérieux tous les menaces », a confié au magazine un responsable de la sécurité.

L’Allemagne figure parmi les pays où d’importantes descentes de police ont eu lieu vendredi, au lendemain de l’attaque terroriste avortée en Belgique. Deux hommes d’une quarantaine d’années ont été arrêtés, tandis que les autres personnes ont été libérés après l'interrogatoire.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales