Vitali Tchourkine : Les Etats-Unis jouent le rôle du provocateur dans la crise ukrainienne

Le représentant de la Russie auprès des Nations Unies Vitali Tchourkine. (REUTERS/Lucas Jackson) Source: Reuters
Le représentant de la Russie auprès des Nations Unies Vitali Tchourkine. (REUTERS/Lucas Jackson)

Washington a joué le rôle du provocateur dans le conflit ukrainien d’après le représentant de la Russie auprès des Nations Unies Vitali Tchourkine, ajoutant que les autorités de Kiev ont refusé le dialogue avec les milices dans l’Est du pays.

«  Pendant tout le conflit ukrainien, les Etats-Unis ont joué un rôle destructeur, ou, pour appeler un chat un chat, provocateur», a dit l’ambassadeur russe pendant une réunion du Conseil de Sécurité des Nations Unies (ONU) consacrée à la situation en Ukraine ce mercredi. Selon Vitali Tchourkine, après chaque visite des haut responsables américains en Ukraine, les autorités de Kiev « réaffirment leur détermination à poursuivre des actions de nature belliqueuse » .

«  L’escalade du conflit que nous observons maintenant a coïncidé providentiellement avec la visite du chef du commandement européen de l’armée américaine [le lieutenant général Frederick Ben Hodges] à Kiev  », a-t-il noté. Mercredi , le lieutenant-général Hodges a donné une conférence de presse pendant laquelle il a déclaré que les Etats-Unis entendent élargir leur coopération militaire avec l’Ukraine.

En savoir plus : Ukraine: une délégation d’officiers américains arrive à Kiev cette semaine

« Où que Washington porte son regard – l’Irak, la Lybie, la Syrie, l’Ukraine, - partout on voit la déstabilisation, la crise, le sang », a dit Vitali Tchourkine.

Le diplomate russe a tenu ces propos en réponse à la déclaration de l’ambassadeur d’Ukraine Youri Sergueev qui a de nouveau accusé Moscou d’agresser l’Ukraine.

« Pendant toutes nos nombreuses discussions au sein du Conseil de Sécurité, la délégation ukrainienne n’a pas dit un seul mot qui ne soit pas insultant à l’égard de la population du Sud-Est du pays », a-t-il rappelé, en précisant que les autorités kiéviennes appellent les insurgés des « bandits » et des « terroristes ». Tchourkine a souligné que ce n’est que par « un dialogue politique entre toutes les parties concernées » qu’on peut résoudre la crise politique dans le pays.

Selon l’ambassadeur ukrainien, la mobilisation annoncée par Kiev cette semaine vise à protéger les civils des insurgés dans les régions de Donetsk et de Lougansk. Youri Sergueev a affirmé que l’Ukraine souhaite « une solution pacifique à la crise basée sur les accords de Minsk et le respect de l’intégrité territoriale, de la souveraineté et de l’unité politique du pays ». Les autorités kiéviennes «  feront tout leur possible pour satisfaire les besoins des civils dans la région du Donbass », a-t-il promis.

En savoir plus : Kiev mobilise ses troupes, le conflit reprend de l’ampleur

Vitali Tchourkine a aussi riposté aux accusations du représentant des Etats-Unis Samantha Power qui a dit que la nouvelle proposition de paix du président russe Vladimir Poutine concernant le conflit dans l’Est de l’Ukraine a tout d’un « un plan d’occupation » .

D’après elle, « ce plan aurait pour objectif la légitimation des conquêtes territoriales des séparatistes en septembre ainsi que la pérénnisation de la présence du personnel et de l’équipement russe sur le territoire ukrainien ».

L’ambassadeur russe a néanmoins répondu que Moscou assurait «  le respect rigoureux des accords de Minsk » . Le Kremlin a plusieurs fois appelé tous les parties impliquées dans le conflit à respecter les accords. Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a commenté aujourd’hui la déclaration récente des ministres des Affaires étrangères français, allemand, ukrainien et russe sur le conflit et a souligné que celle-ci s’inscrivait dans la continuité du plan de désescalade proposé par Vladimir Poutine aux autorités de Kiev.  

 

« Le Premier-ministre ukrainien préfèrerait-il que son pays soit toujours sous occupation nazie ? »

 

L’ambassadeur russe a également prêté attention aux propos récents du Premier-ministre ukrainien Arseny Iatseniouk sur « l’invasion de l’Allemagne et de l’Ukraine par l’URSS », qui ont été très mal accueillis en Russie, ainsi qu’à ses appels à l’attention des pays européens.

«  Il est surprenant de la part de pays qui se disent civilisés qu’on puisse tolérer un tel sabotage idéologique. Ligne idéologique qui est visiblement celle qui guide Kiev dans son opération dite anti-terroriste qui est en fait punitive  » , l’ambassadeur de la Russie auprès des Nations Unies Vitali Tchourkine.

Le responsable ukrainien, qui a « clairement regretté » ce qu’il a appelé une « invasion » de l’Armée Rouge – « invasion » qui a par ailleurs libéré l’Europe orientale des troupes d’occupation nazies – «  aurait visiblement préféré que son pays soit toujours occupé par les Nazis », selon Tchourkine.

Le diplomate russe a rappelé que Kiev a décidé de célébrer le 14 octobre, jour de création de l’Armée insurrectionnelle ukrainienne, comme une fête nationale. «  Il s’agit d’une glorification des collaborateurs nazis ukrainiens [Stepan] Bandera et [Roman] Choukhevytch qui sont responsables de la mort de dizaines de milliers de civils polonais et soviétiques », a-t-il déclaré.

Les propos tenus par le ministre polonais des Affaires étrangères ont laissé Moscou pour le moins perplexe mercredi. En effet, le ministre Grzegorz Schetyna a affirmé que ce sont des Ukrainiens qui ont libéré le camp d’ Auschwitz-Birkenau en répondant à une question concernant les cérémonies du 70ème anniversaire de la libération du camp de concentration nazi, libération menée à bien par l’Armée rouge le 27 janvier 1945.

Le responsable polonais a apparemment confondu le terme de premier Front ukrainien utilisé pour désigner un régiment de l’Armée rouge avec l’appartenance ethnique des soldats. Le régiment susmentionné a joué un rôle crucial dans la libération d’une grande partie de l’Ukraine, de la Pologne, de la République tchèque et de l’Allemagne actuelles. Il a succédé au Front de Voronej et à celui de Briansk.

Le ministre des Affaires étrangères russe a qualifié les commentaires de Schetyna de « cyniques »:«  la déclaration du ministre polonais selon laquelle le camp d’extermination d’Auschwitz a été libéré par des Ukrainiens se passe de commentaires. Auschwitz a été libéré par l'Armée rouge dans laquelle se battaient des Russes, des Ukrainiens, des Tchétchènes, des Géorgiens, des Tatars... Essayer de jouer sur des sentiments nationalistes dans cette situation est absolument sacrilège et cynique », s’est indigné le ministre.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales