La France doit «changer ses alliances» : le FN et les Verts se rejoignent contre l'Arabie saoudite

Le Parlement européen de Strasbourg© Vincent Kessler Source: Reuters
Le Parlement européen de Strasbourg

Dans un débat au Parlement européen de Strasbourg, les deux formations politiques, pourtant de bords différents, ont toutes deux dénoncé l'alliance entre Riyad et Paris comme incompatible avec la lutte contre le groupe terroriste Daesh.

L'Arabie saoudite, le Qatar, voire même la Turquie font des autorités françaises «aujourd’hui objectivement les alliés du fondamentalisme islamiste, plutôt que ses ennemis» a déclaré la présidente du FN, qui a appelé la France à reconsidérer ses amis. Marine Le Pen a estimé que la priorité de la France était de lutter contre le «fondamentalisme islamiste», ce qui «oblige à se poser la question de savoir si on peut continuer à avoir comme alliés l'Arabie saoudite et le Qatar» et à s’interroger sur «l'ambiguïté de la Turquie» vis-à-vis de ce phénomène. «Je propose que l’on change ces alliances. Tous ceux qui luttent contre le fondamentalisme islamiste doivent être considérés comme des alliés, sans aucune réserve. Cela passe par l'Egypte, les Emirats arabes unis, la Russie, l'Iran», a-t-elle indiqué dans un débat sur les conséquences des attentats de Paris.

En savoir plus : Lutte contre Daesh : «La France a besoin du soutien de la Russie et de l’Iran»

Le dirigeant des Verts au Parlement européen, Philippe Lamberts a quant à lui estimé que l’Arabie saoudite, qui «propage une forme d'islam qui est probablement la plus totalitaire, la plus fasciste du monde», «incarne l'Etat islamique qui a réussi, c'est le modèle que Daesh veut» imiter. «Mais que voulez-vous, notre addiction au pétrole nous rend dépendants de gens comme cela», a-t-il déploré. 

Aller plus loin : Arabie Saoudite: aucune clémence pour Raif Badawi

Jean-Luc Mélenchon, président du Parti de Gauche a lui estimé qu'il fallait s'en prendre au financement des groupes terroristes. «La cause du terrorisme est dans l’argent», a-t-il expliqué, avant de poursuivre : «coupons les canaux qui permettent sa circulation».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales