Pour le département d'Etat americain, ses alliés ont «le droit de se défendre», mais pas les autres

Les rebelles syriens modérés ont utilisé des missiles fournis par les Etats-Unis pour abattre l'avion russe SU-24.© Reuters stringer Source: Reuters
Les rebelles syriens modérés ont utilisé des missiles fournis par les Etats-Unis pour abattre l'avion russe SU-24.

Après que la Turquie a abattu l'avion russe SU-24 et que les rebelles syriens qu'elle soutient auraient tué un des pilotes éjectés, le porte-parole du département d'Etat a déclaré que ces actions étaient légitimes.

Au cours d'une conférence de presse, Mark Toner, porte-parole du département d'Etat, a affirmé que les alliés des américains avaient «le droit de se défendre contre toute agression», mais que ce n'était pas valable pour le gouvernement syrien.

Interrogé par la correspondante de RT Gayane Chichakyan pour savoir si le Département d'Etat considérait les rebelles syriens qui avaient tué le pilote russe éjecté de l'avion comme «modérés», Mark Toner a répondu : 

«Les rapports que nous avons reçus sont contradictoires. Il est possible que le pilote n'ait pas été tué. Si ces« Turkmènes» ont été attaqués par un avion russe, ils ont le droit de se défendre».

«Mais cela ne s'applique-t-il pas à tout le monde, y compris aux forces du gouvernement turc du président Assad ?», a demandé le correspondant diplomatique de l'Associated Press Matt Lee.

Sur quoi Mark Toner a répondu tout simplement : «Non. Ce que fait le régime d'Assad n'est pas de l'auto-défense. Il fait rêgner la terreur sur une population qui proteste pacifiquement».

Lorsque d'autres journalistes lui ont demandé  ce qu'il entendait par «une manifestation pacifique» pour décrire le conflit syrien, le porte-parole a fuit la question, répondant vaguement que «tout le monde dans cette salle sait très bien ce qui se passe là-bas». 

Mark Toner a ensuite répété plusieurs fois que Washington soutenait la Turquie, son allié au sein de l'OTAN et qui avait «le droit de protéger son espace aérien souverain», tout en refusant de commenter l'attentat sur l'avion russe, assurant qu'il «n'avait pas tous les détails».

Le porte-parole du département d'Etat a par ailleurs confirmé que les Etats-Unis fournissaient des missiles TOW aux rebelles modérés du Nord de la Syrie qui luttent prétendument contre l'Etat islamique. Ces missiles sont présents dans une vidéo montrant prétendument les rebelles détruire un hélicoptère qui venait secourir les pilotes qui s'étaient éjectés de l'avion. 

En savoir plus : Les déclarations fortes de Vladimir Poutine à propos de la Turquie qui a abattu un Su-24 russe

Une autre révélation lors de cette conférence de presse concernait le pacte établi entre les Etats-Unis et la Russie pour éviter justement des affrontements dans le ciel syrien entre membres de la coalition. 

En effet, Mark Toner a affirmé que ces mesures de non-agression ne concernaient pas tous les membres de la coalition menée par les Etats-Unis. 

En savoir plus : SU-24 : Quand la Turquie tenait un tout autre discours sur le débordement des frontières

A la question si le département d'Etat condamnait l'utilisation des missiles américains pour abattre un hélicoptère de sauvetage, Mark Toner a répondu que la Syrie était «un environnement très complexe».  

Répétant que la Russie «soutient le régime d'Assad» et dirige des frappes aériennes contre la «opposition syrienne modérée», Toner a ajouté que cela «ralentit le processus de transition politique indispensable pour pouvoir se concentrer sur la lutte contre Daesh».  

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales