Bachar el-Assad : l’armée syrienne avance depuis que la Russie effectue ses frappes aériennes

Source: Reuters

Le président syrien a déclaré que les frappes russes avaient permis à l’armée syrienne de reprendre des positions à Daesh, dont les terroristes étaient soutenus depuis l’étranger, notamment depuis «la Turquie, l’Arabie saoudite et le Qatar».

«Depuis peu, la situation s’est beaucoup améliorée en raison de la participation des forces militaires russes dans la lutte contre le terrorisme. Maintenant, je peux déclarer que l’armée réalise des avancées sur quasiment tous les fronts», a expliqué le président syrien Bachar el-Assad dans une interview à la chaîne de télévision chinoise Phoenix TV, basée à Hong Kong.

Le président syrien a aussi mis en évidence qu’au cours de la dernière année, les terroristes avaient réussi à s’emparer de nombreuses régions de Syrie en dépit des efforts de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis. Mais après seulement un mois de bombardements russes, la situation s’est beaucoup améliorée et certains terroristes ont été contraints de «fuir par milliers en Turquie, en Europe et dans d’autres pays».

«Qu’est-ce qu’il y a de nouveau chez les Russes ? Ils dépendent des troupes syriennes au sol. Ils coopèrent avec nous. Pour cette raison, on voit une différence, la principale différence, c’est que les Américains ne coopèrent pas avec les troupes au sol alors que les Russes le font», a-t-il ajouté.

«Si vous tenez une arme, vous êtes un milicien, vous êtes un terroriste»

En ce qui concerne la distinction entre l’opposition modérée et les terroristes, le président Bachar el-Assad a encore une fois précisé qu’en Syrie, il n’y avait pas de groupe d’opposition crédible mais seulement des miliciens et des terroristes. «C’est un terme politique, pas militaire. Si vous tenez une arme, vous êtes un milicien, vous êtes un terroriste ou ce que vous voulez. Mais on ne peut pas qualifier «d’opposition» des gens qui tiennent des fusils dans leur mains ou qui ont pris les armes», a poursuivi le chef de l’Etat syrien.

Les journalistes chinois ont aussi posé des questions sur le règlement politique de la crise syrienne auxquelles le président syrien a répondu que l’Etat syrien devait d’abord reprendre le contrôles de la majorités des territoires qui sont aujourd’hui encore aux mains des terroristes, avant d’instaurer un calendrier nécessaire pour la période de transition et la tenue d’élections démocratiques.

«Nous devons nouer un dialogue. Mais les mesures concrètes ne devront intervenir qu’après une défaite majeure des terroristes et la reprise par le gouvernement de la plus grande partie des zones contrôlées par les terroristes», a-t-il déclaré.

Lire aussi : Première visite de Poutine en Iran depuis huit ans et le début de la crise syrienne

En plus, le président syrien est sûr que Daesh dépend beaucoup du soutien que lui octroie l’étranger. Il a même précisé que les principaux financiers de Daesh étaient la Turquie, l’Arabie saoudite – et ses fortes institutions wahhabites – et le Qatar. Il a même qualifié le président turc Recep Tayyip Erdogan d’être en son for intérieur un «frère musulman».

S’agissant enfin des ventes de pétrole, Bachar el-Assad a accusé les pays occidentaux de «faire exprès de ne pas remarquer ce qui se passe», soulignant que les terroristes vendent illégalement des volumes de pétrole impressionnants.

Lire aussi : «L’Occident était complice de l’émergence d’Al Qaïda», a déclaré l'ex-ambassadeur britannique en Syrie à RT

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales