Le ministre ukrainien de l'Intérieur décède dans le crash d'un hélicoptère près de Kiev

- Avec AFP

Le ministre ukrainien de l'Intérieur décède dans le crash d'un hélicoptère près de Kiev
Suivez RT France surTelegram

Denis Monastyrsky et deux autres responsables ukrainiens ont perdu la vie après qu’un hélicoptère s'est écrasé près d'une école maternelle à Brovary, dans la région de Kiev. Au moins 18 personnes sont mortes, dont des enfants.

Le ministre de l'Intérieur Denis Monastyrsky, son adjoint Ievgueni Ienine ainsi que le secrétaire d'Etat Yuri Lubkovich ont été tués dans le crash d’un hélicoptère, ce 18 janvier au matin, près d'une école maternelle dans la région de Kiev. «Dans la ville de Brovary [banlieue Est de Kiev], un hélicoptère s'est écrasé près d'une école maternelle et d'un immeuble d'habitation [...] Il y a des victimes», a dans un premier temps annoncé le chef adjoint de l’administration présidentielle Kyrylo Timochenko sur Telegram. «Les ambulances, la police et les pompiers travaillent sur les lieux de l'accident», a-t-il ajouté.

Des enfants parmi les victimes

La police a d'abord fait état d'au moins 16 morts dont deux enfants, le chef de la police Igor Klimenko précisant que le ministre de l’Intérieur et son premier adjoint faisaient partie des victimes. Le gouverneur régional Oleksiï Kouleba a ensuite révisé ce bilan à la hausse, évoquant «18 morts dont trois enfants», précisant qu'«il y a aussi 29 blessés, dont 15 enfants».

Au moment du drame, «des enfants et des employés» de l'école maternelle se trouvaient sur place, d'après le gouverneur. Selon des images et vidéos publiées sur les réseaux sociaux, un énorme incendie s'est déclaré après la chute de l'hélicoptère, à Brovary, une ville d'environ 100 000 habitants située à proximité de la banlieue est de la capitale ukrainienne.

Le ministère n'écarte aucune piste

Aucune information sur la cause du drame n'a été dévoilée dans l'immédiat. Le ministère de l'Intérieur a dit étudier toutes les pistes pour expliquer ce crash, évoquant trois hypothèses : un «dysfonctionnement des équipements» de l'appareil, une «violation des règles de sécurité» ou encore un «sabotage».

L'appareil qui s'est écrasé appartenait au service d'Etat pour les situations d'urgence, qui dépend du ministère de l'Intérieur, selon un porte-parole des forces aériennes ukrainiennes.

L'hélicoptère qui transportait Denys Monastyrsky se rendait sur le front, a indiqué la présidence ukrainienne. «Le but de ce vol [était d'aller] vers l'un des points chauds de notre pays où se déroulent les combats. Le ministre de l'Intérieur s'y rendait», a ainsi déclaré Kyrylo Timochenko, le chef-adjoint du cabinet de la présidence, à la télévision ukrainienne.

Le président du Conseil européen Charles Michel a adressé ses condoléances au gouvernement ukrainien et déploré le décès du ministre de l’Intérieur, un «grand ami de l'UE». «Nous nous associons à la douleur de l'Ukraine», a-t-il tweeté.

Le Premier ministre ukrainien Denys Chmygal a quant à lui évoqué sur Telegram «une grande perte pour le gouvernement et tout l'Etat», en appelant à la «création immédiate d'un groupe spécial pour une enquête détaillée sur les circonstances du drame». Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a, peu après, déploré sur la même messagerie une «terrible tragédie» et exprimé une «douleur indicible».

Lors d'un discours prononcé dans la soirée, il a annoncé qu'une enquête criminelle avait été ouverte par le Service de sécurité d'Ukraine. «J'ai chargé le chef du Service de sécurité de l'Ukraine, en coopération avec tous les autres organes autorisés, de clarifier toutes les circonstances de la catastrophe», a-t-il fait savoir.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix