L'Azerbaïdjan refuse des pourparlers avec l'Arménie en présence d'Emmanuel Macron

- Avec AFP

L'Azerbaïdjan refuse des pourparlers avec l'Arménie en présence d'Emmanuel Macron© Gent SHKULLAKU / AFP
Le président de l'Azerbaïdjan, Ilham Aliev (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

L'Azerbaïdjan a annoncé ce 25 novembre avoir annulé des pourparlers de paix prévus à Bruxelles avec l'Arménie parce qu'Erevan insistait pour que le président français Emmanuel Macron y assiste.

Alors qu'une rencontre de paix entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan était prévue le 7 décembre à Bruxelles, le Premier ministre arménien Nikol Pachinian «a accepté cette réunion à condition que le président français Macron soit présent», a déclaré le 25 novembre le président azerbaïdjanais Ilham Aliev, lors d'une conférence internationale à Bakou. Or, «cela veut dire que la rencontre n'aura pas lieu», a-t-il ajouté, selon des propos rapportés par l'AFP.

Les relations entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan sont empoisonnées depuis plus de 30 ans par des disputes territoriales, notamment autour du Haut-Karabagh, une région montagneuse peuplée majoritairement d'Arméniens qui a fait sécession de l'Azerbaïdjan au début des années 1990 avec l'aide d'Erevan. Ces différends ont mené à deux guerres, aux lourds bilans illustré par des milliers de morts, dans lesquelles Bakou accuse Paris de manquer de neutralité en soutenant Erevan.

Depuis la guerre de 2020, stoppée par un cessez-le-feu parrainé par la Russie, l'Arménie et l'Azerbaïdjan mènent de difficiles négociations de paix, avec plusieurs initiatives parallèles.

Néanmoins, des affrontements ont régulièrement lieu à la frontière entre les deux pays du Caucase. En septembre, des combats ont ainsi fait 286 morts dans les deux camps et réveillé la crainte d'une guerre de grande ampleur, comme celle qui a fait plus de 6 500 tués en 2020.

Dans ce contexte, la Russie mène toujours des efforts de paix auprès des deux nations : interrogé ce 25 décembre par la presse sur l'annulation de la rencontre à Bruxelles par Ilham Aliev, le porte-parole du Kremlin a indiqué que la Russie était «prête à accueillir les pourparlers entre Bakou et Erevan».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix