Selon Meta, «des individus associés à l'armée américaine» mènent des campagnes trompeuses en ligne

Logo de l'entreprise américaine Meta (image d'illustration).© Kirill KUDRYAVTSEV Source: AFP
Logo de l'entreprise américaine Meta (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Dans son dernier rapport sur la menace que représentent les utilisateurs malveillants de ses plateformes, le groupe Meta (qui détient Facebook, Instagram et WhatsApp) explique avoir repéré des personnes «associées à l'armée américaine».

L'entreprise américaine Meta a mis en ligne le 22 novembre un rapport trimestriel portant sur la menace que constituent les utilisateurs malveillants de ses réseaux sociaux, à l'origine de «campagnes trompeuses dans le monde entier, qu'elles soient étrangères ou nationales».

Faisant état d'«une enquête interne sur des soupçons de comportements inauthentiques coordonnés», Meta explique avoir supprimé des comptes et des pages sur plusieurs de ses plateformes, après avoir fait le lien entre leur activité et certaines opérations d'influence.

Une douzaine de pays auraient été ciblés

Le groupe américain se félicite, entre autres, d'avoir localisé de telles opérations en Chine, en Russie, mais aussi aux Etats-Unis où, selon la maison mère de Facebook, certaines actions émanent de personnes «associées à l'armée américaine».

Bien que les personnes à l'origine de cette opération aient tenté de dissimuler leur identité et leur coordination, notre enquête a révélé des liens avec des individus associés à l'armée américaine

Meta rapporte par exemple qu'une de ces opérations «s'est concentrée sur un certain nombre de pays, notamment l'Afghanistan, l'Algérie, l'Iran, l'Irak, le Kazakhstan, le Kirghizistan, la Russie, la Somalie, la Syrie, le Tadjikistan, l'Ouzbékistan et le Yémen». «Bien que les personnes à l'origine de cette opération aient tenté de dissimuler leur identité et leur coordination, notre enquête a révélé des liens avec des individus associés à l'armée américaine», écrit Meta qui pointe ici des actions coordonnées sur plusieurs réseaux sociaux, y compris sur des plateformes qu'elle ne possède pas.

La publication de ce rapport survient un peu plus d'un mois après une enquête du Washington Post concernant des opérations d'influence sur Facebook et Twitter, attribuées à l'armée américaine. On y apprend notamment que le département américain de la Défense a récemment demandé aux commandements militaires des détails sur leurs «opérations psychologiques en ligne». 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix