Incapable de gérer les flux migratoires, l’UE s’en remet à la Turquie et à l’Afrique

Le sommet des dirigeants européens et africaine à La Valette Source: Reuters
Le sommet des dirigeants européens et africaine à La Valette

Lors de la deuxième journée du sommet sur la crise migratoire à Malte, les leaders européens ont créé un fonds commun pour gérer les «causes profondes» liées à l’immigration. La poursuite des négociations avec la Turquie a aussi été annoncée.

Une cinquantaine de chefs d’Etat européens et africains ont signé jeudi, à La Valette, la création d’un fonds de 1,8 milliard d’euros, pour «gérer ensemble les flux migratoires dans tous ses aspects», conformément à la déclaration politique commune des pays européens et africains. Cet argent servira notamment à financer des projets destinés à freiner l’arrivée des populations africaines sur le continent européen.

Les dirigeants européens à La Valette

Alors que Bruxelles a appelé les Etats membres à ajouter à ce montant leurs contributions propres afin de doubler cette somme, les promesses tenues n’ont pour le moment atteint que 78 millions d’euros, ce qui est «loin d’être suffisant», a noté entre autres le président nigérien Mahamadou Issoufou. Les dirigeants africains se méfient de ces propositions européennes. Ils ont notamment objecté le concept de «réadmission» des migrants dans leur propre pays.

«Le retour dans le pays d'origine ne saurait être la seule réponse de l'Europe aux migrants africains. En effet, [certains d’entre eux] ont besoin, à l'instar des migrants venus d'autres régions, de protection», a estimé le dirigeant ivoirien Alassane Ouattara.

En savoir plus : Troisième nuit d'affrontements entre la police et les migrants à Calais

Le «traitement discriminatoire» des différents pays du continent africain a été dénoncé par son homologue sénégalais Macky Sall. «On ne peut pas insister à réadmettre les Africains chez eux pendant qu’on parle d’accueillir [en Europe] les Syriens et d’autres», a-t-il noté, cité par l’AFP.

La collaboration avec la Turquie à la une des débats

A l’issue du sommet africano-européen, c’est une rencontre entre les dirigeants de l’UE qui a eu lieu, également à Malte. Les négociations ont porté principalement sur les discussions avec la Turquie, avec laquelle il a été décidé de tenir un sommet le plus rapidement possible.

Ce sommet visera à poursuivre les discussions d’un plan d’action dans le domaine de l’immigration, a annoncé François Hollande cité par l’AFP, et pourra se tenir à la fin du mois de novembre ou au début du mois de décembre.

A la mi-octobre, les 28 et Ankara ont jeté les bases d’une stratégie commune pour endiguer l’afflux des migrants. Ce plan pourrait notamment rapporter à Ankara jusqu’à 3 milliards d’euros, des visas privilégiés et de nouvelles négociations sur son adhésion à l'UE contre son aide.

La Libye menace d'ouvrir les vannes

Mais ce plan commun d’action européen, est loin d’être acquis. Au moment où les leaders européens essayent de contrer l’arrivée des réfugiés, le gouvernement libyen de la coalition Fajr Libya à Tripoli, non-reconnu par la communauté internationale, menace l’Europe de lui envoyer encore plus de migrants. Le «gouvernement du Salut national», qui s’oppose au gouvernement officiel en exil, siégeant à Tobrouk, se demande s’il doit aider l’Union européenne à contenir l’afflux migratoire, tant que Bruxelles ne le reconnaît pas.

Gouvernement de Tripoli

D’après Chris Bambery, l’analyste politique, l’Union européenne n’a vraisemblablement aucune stratégie concernant la Libye.

«L’UE a permis à ce pays d’être réduit au chaos. Elle a laissé la situation évoluer, et elle n’a maintenant aucun plan précis pour rassembler ce pays en une unité politique stable», a déclaré l’expert dans une interview à RT.

En savoir plus : Face à l'afflux de migrants, la Suède rétablit provisoirement ses frontières

800 000 personnes sont déjà arrivées sur les côtes européennes en tant que réfugiés, d’après les données du projet Missing Migrants. Selon les estimations de l’ONU mises à jour en novembre, 600 000 migrants supplémentaires devraient arriver en UE en provenance uniquement de Turquie, entre novembre 2015 et février 2016.

En savoir plus : pour les habitants de Calais, «la vie se dégrade de jour en jour»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales