Nord Stream : Vladimir Poutine dénonce un «acte de terrorisme international»

Nord Stream : Vladimir Poutine dénonce un «acte de terrorisme international»© AFP PHOTO / SWEDISH COAST GUARD" - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS
Photographie prise le 28 septembre 2022 depuis un avion des garde-côtes suédois, montrant le rejet de gaz provenant d'une fuite sur le gazoduc Nord Stream 2, dans la zone économique suédoise de la mer Baltique.
Suivez RT France surTelegram

Le président russe Vladimir Poutine a dénoncé auprès de son homologue turc Recep Tayyip Erdogan les attaques présumées ayant visé les gazoducs Nord Stream 1 et 2 en mer Baltique, qui représentent selon lui un «acte de terrorisme international».

Lors d'un entretien téléphonique avec Recep Tayyip Erdogan, Vladimir Poutine «a fait part de sa position de principe quant au sabotage sans précédent, en l’occurrence un acte de terrorisme international, mené contre les gazoducs Nord Stream 1 et Nord Stream 2», rapporte ce 29 septembre le Kremlin dans un communiqué. Il a été noté durant l'entretien entre les présidents russe et turc «que la Russie soumettait cette question au Conseil de sécurité de l’ONU en vue d’une discussion urgente».

Quatre fuites ont été identifiées ces derniers jours en mer Baltique, au-dessus de ces gazoducs reliant la Russie à l'Allemagne.

Si les chancelleries occidentales n'ont pas accusé formellement Moscou d'être à l'origine du sabotage présumé, certains pays, dont la Pologne, ont suggéré que les dégradations pourraient être liées au conflit ukrainien, dans le cadre du bras de fer énergétique entre Moscou et l'Union européenne. L'OTAN a dénoncé ce 29 septembre des actes de sabotage «délibérés, inconsidérés et irresponsables» commis contre les gazoducs, tout en assurant qu'elle se défendrait contre l'utilisation de l'énergie à des «fins coercitives».

La Russie a pour sa part indiqué soupçonner l'implication d'un Etat étranger dans les quatre fuites, sans toutefois nommer un pays en particulier. «Il est très difficile d'imaginer qu'un tel acte terroriste puisse avoir lieu sans l'implication d'un Etat», a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov ce 29 septembre également, tout en mettant en garde contre une «situation extrêmement dangereuse». «Il faudra une coopération entre plusieurs pays. Dans le contexte actuel, où l'on constate un grave déficit de communication et une réticence de nombreux pays à nous contacter dans des domaines aussi sensibles, de nombreuses questions se posent», a également dit le haut responsable russe. Les services de sécurité russes (FSB) ont ouvert une enquête pour «acte de terrorisme international» après le sabotage présumé des gazoducs.

Les Etats-Unis ont été pointés du doigt par certains commentateurs et responsables politiques à la suite de ces événements, en raison notamment de propos de Joe Biden tenus le 7 février 2022. Le président américain avait alors déclaré : «Si la Russie envahit les frontières de l'Ukraine alors, il n'y aura plus de Nord Stream 2. Nous y mettrons fin.» Interrogée sur ces propos lors d'une conférence de presse le 28 septembre à la Maison blanche, la porte-parole de la présidence américaine Karine Jean-Pierre a tenté de clarifier leur sens, affirmant que Joe Biden n'avait fait référence qu'à la collaboration avec l'Allemagne dans ce dossier, au moment où celle-ci s'apprêtait à geler le processus de certification de Nord Stream 2. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix