Israël, un Etat «pas légitime» pour le Président iranien Rohani

- Avec AFP

Le Président iranien Rohani interviewé le 11 novembre à Téhéran© Capture d'écran France 2 / Europe 1
Le Président iranien Rohani interviewé le 11 novembre à Téhéran

Le président iranien Hassan Rohani a déclaré que «l'Etat actuel d'Israël (n'était) pas légitime» et qu'un vote sur le rétablissement du territoire pré 1948 devait être organisé parmi les réfugiés palestiniens, dans un entretien à des médias français.

«L’Etat actuel d’Israël n’est pas légitime. C’est pourquoi nous n’avons pas de relations avec eux car nous ne considérons pas cet Etat comme légitime», a déclaré M. Rohani selon la traduction de ses propos par la chaîne de télévision publique France 2.


«Nous pensons que toutes les personnes qui étaient d’origine palestinienne et qui sont en errance à l’étranger doivent pouvoir tous revenir sur leurs terres. Il faut qu’il y ait des élections publiques sous la supervision des Nations unies et quels qu’en soient les résultats, nous les accepterons», a-t-il ajouté. Invité à préciser sa pensée, M. Rohani a déclaré qu'il ne parlait pas de deux Etats (un Etat juif et un palestinien vivant côte à côte), mais «d'un seul».

Lire aussi : Intervention de Hassan Rohani lors du 70ème Assemblée Générale de l’ONU

«Nous disons que tout le monde doit se réunir pour voter sur l’ensemble du territoire palestinien tel qu’il était dans ses frontières d’avant 1948 (...) Nous disons que tous les juifs, tous les musulmans, tous les chrétiens et toutes les personnes qui sont originaires de la Palestine et qui sont en errance doivent pouvoir revenir en Palestine», a-t-il poursuivi.

L'Iran, longtemps au ban des nations, a entamé sa réintégration sur la scène internationale après la signature de l'accord historique sur le nucléaire entre Téhéran et les grandes puissances, le 14 juillet dernier à Vienne.

Israël, qui considère l'Iran comme une menace existentielle, n'a eu de cesse de dénoncer cet accord et la relégitimation de la République islamique.

Le président Rohani, considéré comme modéré par rapport à son prédécesseur Mahmoud Ahmadinejad, est attendu lundi et mardi en France pour sa première visite.

Lire aussi : In vino veritas, le président iranien privé de dîner à l'Elysée

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales