Centrale de Zaporojié : le directeur de l'AIEA salue les efforts de coopération des deux parties

- Avec AFP

Centrale de Zaporojié : le directeur de l'AIEA salue les efforts de coopération des deux parties© JOE KLAMAR / AFP
Le directeur général de l'AIEA à Vienne en Autriche le 11 septembre.
Suivez RT France surTelegram

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), en consultations avec Kiev et Moscou pour l'établissement d'une zone de sécurité autour de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporojié, a fait état le 12 septembre de signaux positifs.

Les discussions autour de la mise en place d'une zone de sécurité autour de la centrale nucléaire de Zaporojié, sous contrôle des forces russes, vont bon trains selon l'AIEA. «J'ai vu des signes montrant [que Russes et Ukrainiens] sont intéressés par un tel accord», a déclaré son directeur général Rafael Grossi lors d'une conférence de presse à Vienne, au premier jour du Conseil des gouverneurs de l'instance onusienne.

«Nous discutons des différentes caractéristiques techniques», comme le périmètre de cette zone ou le travail des deux experts de l'AIEA présents sur place. «Et ce que j'observe, c'est que les deux parties coopèrent avec nous et posent des questions, beaucoup de questions», a poursuivi Rafael Grossi.

Faire des «choses simples»

Dans un rapport publié la semaine dernière, peu après une mission sur place, l'AIEA avait préconisé l'instauration d'une zone de protection du site. Située dans le sud de l'Ukraine et sous contrôle des forces russes depuis le 4 mars, cette centrale, la plus grande d'Europe, a été plusieurs fois bombardée ces dernières semaines, Moscou et Kiev s'accusant mutuellement de ces frappes.

Je ne peux pas entrer dans des considérations portant sur un large processus de démilitarisation ou des mouvements de troupes, qui ne font pas partie de mon mandat.

Cette situation a fait resurgir le spectre d'une catastrophe nucléaire majeure similaire à celle de Tchernobyl en 1986. Si Kiev préconise pour sa part une zone démilitarisée, Rafael Grossi a appelé à «garder les choses simples». 

«Il faut que l'Ukraine et la Russie se mettent d'accord sur le principe très simple de ne pas attaquer ou bombarder la centrale [....], il faut l'engagement qu'aucune action militaire ne visera la centrale et ses environs», a-t-il expliqué.

«Je ne peux pas entrer dans des considérations portant sur un large processus de démilitarisation ou des mouvements de troupes, qui ne font pas partie de mon mandat», a-t-il souligné.

Le 11 septembre, lors d'un entretien téléphonique avec Emmanuel Macron à l'initiative de ce dernier, Vladimir Poutine a attiré l'attention sur des «attaques ukrainiennes régulières contre les sites de la centrale de Zaporojié, y compris le dépôt des déchets radioactifs, ce qui pourrait aboutir à des conséquences catastrophiques». 

Au cours de ce que le Kremlin présente comme un «échange de vues franc et détaillé», les deux dirigeants ont par ailleurs exprimé leur volonté de «coopérer de manière dépolitisée sur la situation autour de la centrale de Zaporojié, avec la participation de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA)».

De son côté, l'Elysée rapporte dans son communiqué qu'Emmanuel Macron a affirmé à son homologue que c'était «l'occupation russe» qui était «la cause des risques» pesant sur la centrale nucléaire et qu'il lui a demandé d'en retirer les «armes lourdes et légères».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix