«Incroyable !» : Des volcans de glace, des lunes qui dansent… Pluton se dévoile à la NASA

Les deux côtés de Pluton© NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Southwest Research Institute
Les deux côtés de Pluton

La célèbre planète naine livre plus de secrets à l’Agence spatiale américaine qui a déjà fait 50 découvertes sensationnelles.

A la mi-juillet, le vaisseau spatial de la NASA New Horizons est passé tout près de Pluton. C’est la première fois qu’un appareil terrestre s’approche d’aussi près de cette planète débordante de mystères.

«La mission de New Horizons a complètement révolutionné ce dont nous savions sur Pluton», a estimé Jim Green, le directeur des sciences planétaires au quartier général de la NASA, à Washington.

Des volcans qui crachent de la glace

La découverte de possibles volcans glacés sur Pluton est une révélation des plus surprenantes faite par les chercheurs. La NASA a déjà parlé de pics de glace hauts de 3 500 m sur celle-ci en juillet dernier, mais ce n’est qu’à présent qu’ils ont eu la chance de pouvoir les examiner de plus près.

En savoir plus : La Nasa annonce avoir trouvé un ciel bleu et de l’eau glacée sur Pluton

«Ce sont de hautes montagnes avec un large trou au sommet. Sur Terre, cela signifie normalement qu’il existe un volcan», a raconté Oliver White, un chercheur de l’équipe de New Horizons au centre Center à Moffett Field, en Californie.

Contrairement aux volcans terrestres, leurs homologues spatiaux doivent rejeter un mélange légèrement fondu composé de substances glacées, tels que l’azote, l’ammoniaque et le méthane et non de la lave et des pierres, estiment les scientifiques. Mieux comprendre les volcans sur Pluton permettrait à la NASA d’améliorer ses connaissances sur l’évolution géologique et atmosphérique de ce petit corps spatial.

«Après tout, rien de tel n’a jamais été examiné à l’extérieur du système solaire», a ajouté Jeffrey Moore, le leader de l’équipe de géologie, géophysique et d’imagerie.

© NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Southwest Research Institute

Des cratères pour comprendre l’histoire de Pluton

La NASA a également découvert que la surface de Pluton se serait développée en trois étapes : l’ancienne, l’intermédiaire, jusqu’à la plus jeune. D’après les nouvelles données, la surface de Pluton a pu se former dans sa forme la plus élémentaire il y a plus de 4 milliards d’années. Les scientifiques ont fait ces découvertes en étudiant les cratères de Pluton : plus un morceau de la surface a subi d’impacts et plus il est constitué de cratères, plus son âge est important.

«Nous avons noté plus de mille cratères sur Pluton. Ils varient beaucoup en fonction de leur taille et de leur aspect», a raconté Kelsi Singer, du South West Research Institute, à Colorado. «Parmi les autres résultats, j’espère que l’examen de ces données pourra nous donner des clés sur le processus de formation de cette partie du système solaire».

© NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Southwest Research Institute

Cependant, dans certaines régions, aucun cratère n’a été découvert, ce qui démontre leur relative «jeunesse» sur le plan géologique. L’une de ces régions, baptisée Spoutnik Planum, a pu se former au cours des 10 derniers millions d’années.

Les satellites réactifs

La mission New Horizons a également étudié le système fascinant des lunes de Pluton. Contrairement à la Lune terrestre, les rotations de ses satellites ne sont pas synchronisées avec elle. Ils tournent beaucoup plus vite, en faisant 89 rotations sur elle-même durant une seule révolution autour de Pluton.

Pour la NASA, certaines de ses lunes ont pu fusionner pour créer de plus grands satellites.

«Nous suspectons que Pluton avait davantage de lunes dans le passé, à la suite de la grande collision qui a aussi créé Charon [le plus grand satellite naturel de Pluton]», a expliqué Mark Showalter, du SETI Institute, en Californie.

Seulement quatre mois ses sont écoulés depuis cette nouvelle exploration sur Pluton et les images prises par la NASA ont déjà permis à 50 découvertes d’être faites. On ne s’arrêtera certainement pas là.

Aller plus loin : Les réseaux sociaux se déchaînent sur les premières photos de Pluton

«Il est difficile d'imaginer à quelle vitesse notre vision de Pluton et ses lunes évolue chaque fois qu'arrivent les nouveaux flux hebdomadaires de résultats», a avoué l’un des chefs de la mission Alan Stern, de Southwest Research Institute. «De plus, je pourrais parier que pour la plupart des scientifiques au monde, une ou deux de nos dernières découvertes sur un seul corps céleste aurait déjà été considérée comme stupéfiante. D’en avoir révélé autant est simplement incroyable».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales