Un Américain qualifié de «terroriste» et viré à cause de sa barbe

José Alcantara devant la vitrine de son ancien employeur qu'il accuse de discrimination (capture zero censorship)
José Alcantara devant la vitrine de son ancien employeur qu'il accuse de discrimination (capture zero censorship)

Devant la Cour suprême de Manhattan, à New-York, un Musulman a déposé plainte contre son ex-employeur pour discrimination. Converti à l'islam, il affirme avoir été traité de «terroriste» par ses collègues.

La plainte pour discrimination a été déposée contre la société Bed Bath & Beyond, une chaîne de magasins spécialisés dans les produits domestiques. José Alcantara, ancien employé de 48 ans, affirme avoir été plusieurs fois traité de terroristes par ses collègues. Malgré ses multiples plaintes auprès de la direction des ressources humaines, celle-ci avait continué à ignorer les faits.

José travaillait dans ce magasin de New-York depuis octobre 2012 à New York. Après avoir vaincu un cancer, vu sa mère à son tour touchée par la maladie, il s'était tourné vers l'Islam et avait commencé à laisser pousser sa barbe.

Dès cette conversion, José Alcantara dit avoir été interrogé sur sa foi et sur sa barbe par son ancien directeur. On lui aurait également demandé s'il comptait «vraiment» suivre cette religion. De plus, il affirme avoir été accueilli par des commentaires désobligeants au travail.

Les choses ont encore empirées quand José Alcantara a été licencié sous le prétexte de ne pas être venu travailler alors qu'il était censé être en vacances. 

Suite à la plainte, son employeur a publié une déclaration: «Bed Bath & Beyond interdit strictement toute forme de harcèlement ou de discrimination».

Pourtant l'Equal Employment Opportunity Commission, un organisme fédéral qui veille à l'application des lois sur les droits civiques contre la discrimination au travail, aurait déterminé en juillet que le magasin avait bien fait preuve de discrimination contre José Alcantara. L'agence a également émis un «droit de poursuite», une façon pour elle de s'associer aux poursuites lancées.

Allez plus loin : Etats-Unis : Une ville élit un conseil municipal à majorité musulmane

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales