Ukraine : Orban dénonce des choix occidentaux à l'origine de «dégâts immenses pour l'Europe»

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban lors d'une conférence de presse en Autriche, le jeudi 28 juillet 2022 (image d'illustration).© Theresa Wey Source: AP
Le Premier ministre hongrois Viktor Orban lors d'une conférence de presse en Autriche, le jeudi 28 juillet 2022 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Selon le chef du gouvernement hongrois, l'Europe pâtit de sa politique hostile à l'égard de Moscou dans le cadre du conflit en Ukraine. Il estime en outre que les sanctions occidentales censées déstabiliser la Russie n'atteignent pas leur objectif.

Lors d'une interview mise en ligne le 18 août sur le site du magazine en ligne allemand Tichys Einblick, le Premier ministre hongrois Viktor Orban a conjecturé plusieurs répercussions négatives du conflit militaire en Ukraine sur l'influence occidentale à travers le monde, et plus particulièrement pour celle des pays membres de l'Union européenne.

Comme le rapporte le mensuel, le dirigeant de la Hongrie a par exemple estimé que les sanctions antirusses mises en place par l'Occident depuis le début du conflit n'avaient «en rien déstabilisé la Russie» alors qu'elle sont au contraire, selon lui, à l'origine de «dégâts immenses pour l'Europe».

Il est tout à fait possible que ce soit cette guerre qui mettra manifestement fin à la supériorité occidentale

Il a également souligné que, dans le cadre du conflit en cours, certaines puissances mondiales avaient choisi, contrairement aux pays de l'UE, de «ne pas se ranger derrière les Etats-Unis et l'Ukraine», citant les exemples de la Chine, de l'Inde, du Brésil, de l'Afrique du sud, et, globalement, du monde arabe et de l'Afrique. «Il est tout à fait possible que ce soit cette guerre qui mettra manifestement fin à la supériorité occidentale», a ainsi déclaré Viktor Orban.

Une situation qui profite à certains, pointe Orban

Le chef du gouvernement hongrois a par ailleurs estimé que, de façon générale, les récents développements de la situation s'avéraient profitables d'un côté pour la Russie, de l'autre pour une partie de l'industrie pétrolière américaine.

«Ceux qui ont leurs propres sources d'énergie en bénéficient. Les Russes en profitent. Les importations de l'Union européenne en provenance de Russie ont diminué d'un quart mais les revenus de Gazprom ont doublé. [...] Et bien sûr les grandes entreprises américaines en profitent», a déclaré le Premier ministre hongrois, évoquant la forte augmentation des bénéfices de groupes pétroliers américains tels qu'Exxon, Chevron ou encore ConocoPhillips.

Les propos de Viktor Orban interviennent après la récente annonce de Budapest d'un accord avec la Russie permettant d'augmenter l'approvisionnement en gaz pour la Hongrie.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix