Ministre russe des Sports à RT : les accusations de l'Agence mondiale antidopage sont sans fondement

Vitali Moutko Source: RT
Vitali Moutko

Alors que l’Agence mondiale antidopage (AMA) a appelé à la disqualification de l’équipe de Russie d’athlétisme, le ministre russe des Sports Vitali Moutko estime qu’elle n’a pas fourni assez de preuves pour soutenir ces accusations.

RT : D’après le rapport de l’AMA, vous avez été en personne impliqué dans des manipulations d’échantillons. Quelle est votre réaction ?

Vitali Moutko : Premièrement, ma réaction a été calme. Il ne s’agit pas de l’AMA qui a accusé la Russie dans son ensemble d’abus sur les régulations de dopage, c’est une commission de cette agence qui a travaillé pendant plusieurs mois avec le soutien du gouvernement russe.

Cette commission a résumé ses découvertes dans un rapport, qui ne présente que les recommandations, les suggestions, qu’elle propose d’exécuter.

Si on le lit avec attention, ce document ne contient pas de conclusions catégoriques telles celles que vous avez citées, mais des propositions faites à l’AMA, comme celle d’éloigner l’équipe russe des compétitions, en lien notamment avec le renforcement de l’indépendance de la Commission antidopage de Russie. Il reste maintenant à l’Association internationale des fédérations d'athlétisme, à l’AMA et au gouvernement russe de prendre les décisions adéquates en tenant compte de ces recommandations.

RT : Dans la liste des accusations qui ont été avancées, l’Agence antidopage de la Russie aurait «détruit» des échantillons, que le FSB y serait impliqué et qu’il s’agirait en fait d’une action coordonnée par le gouvernement. Le chef de la Commission Dick Pound a en fait estimé que vous ne pouviez pas ne pas être au courant de tout cela. Est-ce que vous niez toutes ces accusations ?

En savoir plus : Dopage, la Fédération internationale lance la procédure de sanctions contre la Russie

Vitali Moutko : Il y a un rapport de la Commission et l’opinion personnelle de son chef, qui a en fait dépassé le cadre de l’enquête. M. Pound a cité des faits et des suggestions issues de sources inconnues, qui ne sont en fait fondés sur rien. En 2006, la Russie a ratifié la Convention antidopage de l’UNESCO.

Depuis 2010, nous avons effectué un énorme travail pour lutter contre l’utilisation de produits dopants, en créant l’Agence antidopage et un laboratoire suivant les standards mondiaux.

Nous avons ouvert nos frontières aux experts internationaux, qui sont libres de prendre des échantillons. Des milliers de sportifs ont été disqualifiés par les autorités russes, qui sont de plus en plus indépendantes. En plus, la Russie est un grand pays de sport, qui a connu de nombreux succès au niveau international. Nos sportifs sont surveillés par les experts internationaux. Nous payons nos frais aux organisations internationales. La Russie travaille en accord avec les réglementations internationales, et il faudrait plutôt essayer d’éliminer tous les défauts de ces organisations avant de passer aux pays en particulier.

RT : Face à des accusations aussi sérieuses, plusieurs voix au sein du monde sportif considèrent cette annonce comme l’un des jours les plus noirs du sport. Qu’est-ce que vous entendez faire pour blanchir l’image de la Russie ?

Vitali Moutko : L’essentiel ce n’est pas la réputation de la Russie, mais la réputation du sport en général, que ce soit dans le monde du football ou de l’athlétisme.

Je crois qu’encore plus de fédérations auront ces problèmes à l’avenir.

La Russie est tout simplement plus active dans le domaine des sports. Nous voyons que le président de l’Association internationale des fédérations d'athlétisme fait face à des accusations criminelles, pourquoi rejeter toute l’attention sur la Russie ? Nous devons nous réunir pour lutter contre le dopage. En quelque sorte, les sportifs recourent à des produits interdits parce qu’ils constatent le manque d’indépendance des agences internationales. On a constaté des centaines de publications sur le dopage dans plusieurs pays, mais on n’a pas organisé de Commission spéciale pour enquêter dessus.

RT : Est-ce que vous allez organiser une enquête interne suite à ce rapport et souhaiteriez-vous l’aide des organismes internationaux pour le faire ?

Vitali Moutko : Bien sûr, on a en fait déjà entamé une investigation. L’Agence antidopage de Russie a organisé sa propre Commission pour enquêter sur les fait d’utilisation de dopage par les athlètes mentionnés dans le rapport. Les organes russes sont en fait assez stricts face à cela et n’hésitent pas à pénaliser les responsables. Si les organismes internationaux vont élaborer de nouvelles méthodes d’analyse, de nouvelles initiatives dans la lutte contre le dopage ou une feuille de route, la Russie va de tout cœur offrir son soutien. La Russie se prononce pour un sport propre, nous sommes prêt à coopérer avec l’AMA.

Les problèmes politiques ne doivent pas être mélangés avec le sport.

Aujourd’hui, on avance contre nous des accusations toujours très controversées, parfois de ne pas en faire assez, puis on nous reproche d’organiser notre propre Commission indépendante. En plus de nos jours, il est impossible de cacher quoi que ce soit : plusieurs données et échantillons font partie de la base de données de l’AMA et ne peuvent pas être falsifiés. Ces accusations sont ainsi en fait purement politisées. Toutes les conclusions de la Commission sont formulés de cette manière «nous n’avons pas de preuves, mais nous croyons qu’ils sont coupables». C’est en quelque sorte une offense : notre pays a fait tant d’efforts pour promouvoir le sport au niveau international, mais nous devons toujours prouver quelque chose à quelqu’un.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales