Affaire McKinsey : Coquerel annonce une mission d'information sur les cabinets de conseil privés

Affaire McKinsey : Coquerel annonce une mission d'information sur les cabinets de conseil privés© Bertrand Guay/AFP
Eric Coquerel à l'Assemblée nationale, le 5 janvier 2022 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le président LFI de la commission des finances de l'Assemblée nationale souhaite examiner le «rapport qualité-prix» de cabinets tels que McKinsey et Capgemini, après les polémiques sur le coût du recours à ces consultants pendant la présidentielle.

Le sujet n'était pas au cœur de la réunion de la commission des Finances du 7 juillet désormais présidée par le député insoumis Eric Coquerel, mais fera sans doute du bruit dans les mois à venir. Alors que la session était essentiellement consacrée au projet de loi de règlement du budget et d’approbation des comptes de l’année 2021, le président de la commission fraîchement élu a annoncé, avant la suspension de séance, sa volonté de proposer une mission d’information «sur les cabinets de conseil privés à la suite des polémiques McKinsey et Capgemini», alors que le nouveau ministre des Comptes publics Gabriel Attal avait achevé sa présentation. Il s'agira de «s'interroger sur leur rapport qualité-prix, leur nécessité et leur rôle», a-t-il précisé. 

Le député de Seine-Saint-Denis remet ainsi sur la table un débat qui a agité la campagne présidentielle et pesé sur la campagne d'Emmanuel Macron. Suite au rapport de la commission d'enquête du Sénat publié en mars dénonçant l’emprise des cabinets de conseil sur l’appareil d’Etat et leurs montages fiscaux destinés à éviter de payer des impôts, ainsi qu'aux révélations du Canard enchaîné sur le sujet, les oppositions étaient montées au créneau pour dénoncer un «McKinseyGate», voire un «MacronGate», forçant le gouvernement à se défendre tant bien que mal de toute collusion et à justifier les dépenses engagées par l'Etat au titre de ces conseils externes.

Si le nom de McKinsey a focalisé l'attention, celui de Capgemini est revenu dans plusieurs enquêtes et articles récents. Selon Le Monde, ce cabinet français «semble disposer d’un poids bien supérieur à ses confrères américains sur la conduite des affaires de l’Etat» et s'est vu confier des missions auprès de multiples administrations pour un total de 1,1 milliard d’euros en cinq ans, selon les chiffres du quotidien.

Outre un accès à des données fiscales sensibles dans le cadre d'une prestation pour les douanes, Capgemini – qui a tenu à faire une mise au point officielle sur ses activités – est également mis en cause dans l'échec retentissant de plusieurs logiciels informatiques dans les services publics. Parmi eux, le logiciel Scribe, destiné à faciliter le travail de saisie des procès-verbaux pour la police et la gendarmerie, a été abandonné après avoir coûté plus de 13 millions d'euros, une opération qualifiée d'«échec» par la Cour des comptes dans un audit récent.

L'annonce d'Eric Coquerel a cependant suscité quelques critiques : la sénatrice UDI Nathalie Goulet a estimé qu'une mission d’information sur les cabinets de conseil serait redondante alors que le Sénat «a fait un travail remarquable et déposé une proposition de loi». Rapporteur de la commission d'enquête de la chambre haute, Eliane Assassi (PCF), s'est également étonnée de la démarche, alors «qu’un travail sérieux et rigoureux a déjà été réalisé au Sénat». «C’est beau le rassemblement !», a-t-elle ironisé, en référence à la coopération censée avoir cours entre les différents groupes de gauche composant la Nupes.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix