«Vous avez choisi la fuite» : Borne ciblée par l'opposition après son discours de politique générale

Elisabeth Borne© Bertrand GUAY Source: AFP
Elisabeth Borne devant l'Assemblée nationale, le 6 juillet 2022.
Suivez RT France surTelegram

A l'issue du discours de politique générale du Premier ministre, plusieurs leaders de l'opposition ont fustigé son choix de ne pas se soumettre au vote de confiance mais également sa feuille de route.

Le 6 juillet, le Premier ministre Elisabeth Borne a appelé, durant sa déclaration de politique générale, les oppositions à «bâtir ensemble [des] compromis» pour répondre aux défis économiques ou climatiques, mettant en garde contre «le désordre et l'instabilité». Un appel qui a pour l'heure, sans surprise, suscité la défiance parmi les rangs de l'opposition. 

Depuis la tribune de l'Assemblée nationale, la présidente des députés du Rassemblement national (RN), Marine Le Pen a ainsi cinglé : «Madame la Première ministre, vous êtes aujourd'hui dans l’impossibilité de solliciter un vote de confiance. J'ose dire que vous avez bien fait, car nous n'avons aucune confiance dans votre gouvernement.»

«Madame Borne, vous ne pouvez pas faire comme si de rien n'était, comme si rien n'avait changé. Le peuple a voté : entendez-le ! Nous sommes ses représentants : entendez-nous !», a renchéri la finaliste de la présidentielle.

Pour sa part, la chef de file des députés de La France insoumise, Mathilde Panot, a accusé la locataire de Matignon de «gouverner contre le peuple» lui reprochant au passage d'avoir été «l'artisane zélée de la casse du service public ferroviaire et de l'assurance chômage».

La chef de file des députés de La France insoumise, Mathilde Panot, a par ailleurs fustigé le «sauve qui peut» d'Elisabeth Borne. «Un vote de confiance s'imposait. Mais vous avez choisi la fuite [...] Votre stratégie désormais c'est "sauve qui peut". Et vous êtes prête à tout. Jamais de compromis mais toutes les compromissions.»

Pour le député de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, «rendre hommage à nos soignants, les féliciter, vouloir les soutenir… mais refuser d’en réintégrer au moins 15 000 alors que l’hôpital manque de bras. C’est ça le "en même temps" du mépris !» L'élu de l'Essonne a annoncé qu'il voterait la motion de censure lancée par la Nupes.

Le communiste (PCF) Fabien Roussel s'est quant à lui satisfait de la renationalisation d'EDF tout en restant prudent sur la finalité de l'opération, et a critiqué le fait que le Premier ministre n'ait pas eu «un mot pour revaloriser l’ensemble des salaires dans le secteur privé». «Ce gouvernement a délibérément choisi de tourner le dos au travail», s'est-il exclamé sur Twitter.

Le président du groupe socialistes et apparentés dans la Nupes Boris Vallaud a prévenu Elisabeth Borne : «Madame la Première ministre, nous n'avons pas été élus pour donner au président Macron la majorité que les Français lui ont refusé. Moins encore pour mettre en œuvre la retraite à 65 ans ou les contreparties au RSA.»

En revanche, le représentant de Les Républicains (LR) à l'Assemblée, Olivier Marleix, s'est montré moins virulent en assurant que son parti ne souhaitait pas de «blocages stériles». «Oui, nous sommes prêts à voter tous les textes qui iront dans le sens du sursaut national, celui du pouvoir d'achat par le travail, de la reconstruction de notre appareil industriel, de la sanction des délinquants, ou de l'accès de tous à la santé», a-t-il indiqué. Il a toutefois dénoncé les «orientations chancelantes» du président de la République.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix