Deux personnes placées en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur la mort de Jérémy Cohen

Le procureur de Bobigny, Eric Mathais, arrive pour une conférence de presse au palais de justice de Bobigny, en région parisienne, le 5 avril 2022© Thomas SAMSON Source: AFP
Le procureur de Bobigny, Eric Mathais, a déclaré qu'il n'y avait pas d'éléments suffisants pour caractériser la nature discriminatoire de l'agression de Jérémy Cohen (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Deux individus ont été placés en garde à vue le 12 avril, avec un prolongement décidé le 13, dans le cadre de la mort de Jérémy Cohen. A ce stade, le caractère antisémite de l'agression n'a pas été établi selon le procureur de Bobigny.

Deux jeunes hommes âgés de 27 et 23 ans sont en garde à vue depuis le 12 avril dans le cadre de l'enquête sur la mort de Jérémy Cohen, a annoncé le 13 avril à l'AFP le parquet de Bobigny. Les gardes a vue ont été prolongées durant la mi-journée du 13 avril dans les locaux de la police judiciaire de Seine-Saint-Denis, selon le parquet qui ne précise pas si les deux individus ont été interpellés ou se sont rendu d'eux-mêmes. 

Lors d'une conférence de presse du 5 avril, le procureur de Bobigny Eric Mathais était revenu sur l'affaire pour indiquer que l'enquête, ouverte pour «violences volontaires en réunion», ne permettait pas à ce stade d'établir de «motifs discriminatoires» dans la mort du jeune homme. Le 8 avril, lors d'une conférence de presse, la famille du jeune homme a elle aussi appelé à «rester prudent» face aux affirmations d'un mobile antisémite.

Le jeune homme est décédé le 17 février dernier peu après minuit après avoir été attaqué par plusieurs individus puis percuté par un tramway à Bobigny, en Seine-Saint-Denis. Sur les images, on peut voir Jérémy Cohen être violemment frappé par plusieurs individus devant la porte d'entrée d'un immeuble. Après s'être relevé, ce dernier traverse la route, visiblement désorienté, avant d'être percuté par un tramway.  

La publication de la vidéo du drame sur les réseaux sociaux avait provoqué de nombreuses réactions au sein de la classe politique française dont plusieurs candidats à la présidentielle. Certains d'entre eux y voient une agression «antisémite» à l'instar d'Eric Zemmour ou encore Nicolas Dupont-Aignan.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix