Jean-Vincent Placé mis en examen pour «agressions sexuelles» et «harcèlement sexuel»

- Avec AFP

Jean-Vincent Placé mis en examen pour «agressions sexuelles» et «harcèlement sexuel»© Alain JOCARD Source: AFP
Jean-Vincent Placé lors d'une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale le 16 mars 2016.
Suivez RT France surTelegram

L’ancien secrétaire d’Etat a été mis en examen le 29 mars pour «agressions sexuelles» et «harcèlement sexuel» suite à une plainte déposée par l'une de ses ex-collaboratrices. Il a déjà été condamné pour des faits similaires.

L'ex-secrétaire d'Etat écologiste Jean-Vincent Placé a été mis en examen dans la soirée du 29 mars pour «agressions sexuelles» et «harcèlement sexuel» à l'issue de 24 heures de garde à vue, a indiqué à l'AFP une source judiciaire. Selon cette même source, «Jean-Vincent Placé a été mis en examen des chefs d'agression sexuelle par personne abusant de l'autorité conférée par sa fonction, agression sexuelle, et harcèlement sexuel par une personne abusant de l'autorité conférée par sa fonction», et placé sous contrôle judiciaire.

L'ex-élu avait été placé en garde à vue dans les locaux de Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) le 28 mars avant d'être présenté à un juge d'instruction le jour suivant. Le parquet avait décidé d'ouvrir une enquête après la plainte d'une ex-collaboratrice qui l'avait suivi du Sénat au secrétariat d'Etat à la Réforme et à la Simplification. 

Son ex-collaboratrice avait déposé plainte en novembre 2021, accusant Jean-Vincent Placé de faits de harcèlement sexuel entre 2012 et 2016. La plaignante, ainsi que d'anciens collaborateurs d'élus écologistes, ont depuis été entendus par les enquêteurs, selon des sources proches du dossier.

La collaboratrice l'accusait notamment de lui avoir «touché les fesses», en août 2015 à Lille, en marge du rassemblement estival d'Europe Ecologie les Verts (EELV). La seconde agression se serait produite mi-mai 2016 à Séoul, lors d'un déplacement officiel de Jean-Vincent Placé : dans une voiture, l'ex-secrétaire d'Etat de François Hollande aurait «touché délibérément la poitrine» de sa collègue.

Contacté à l'époque de l'ouverture de l'enquête, Jean-Vincent Placé avait dit ne pas souhaiter «à ce stade faire un quelconque commentaire». «Je répondrai, bien entendu, à toutes les questions qui viendraient à m'être posées par les enquêteurs», avait-il ajouté.

Ce n'est pas la première fois que Jean-Vincent Placé a maille à partir avec la justice. En septembre 2018, l’ancien sénateur de l’Essonne avait importuné et poussé une femme, avant d'insulter des policiers. Le parquet de Paris l'avait condamné à trois mois de prison avec sursis et 1 000 euros d’amende pour «violences et outrages». Dans son verdict, le parquet avait fustigé l’arrogance et «le mépris» de l'ancien secrétaire d'Etat.

Trois ans plus tard, en mars 2021, Jean-Vincent Placé a été condamné à une amende pour harcèlement sexuel sur une gendarme chargée de sa sécurité. En septembre 2018, il avait été condamné à trois mois de prison avec sursis et 1 000 euros d'amende pour violences et outrages lors d'une soirée, où il avait reconnu avoir été «extrêmement insistant» et «déplacé» avec une cliente.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix