La justice ordonne aux pouvoirs public d'assainir la «jungle» des migrants à Calais

Un migrant fait un feu dans le campement de Calais© Pascal Rossignol Source: Reuters
Un migrant fait un feu dans le campement de Calais

Le tribunal administratif de Lille saisi en référé par deux ONG, a ordonné à l'Etat et à la ville de Calais de réaliser des aménagements sanitaires au sein de la «jungle» dans un délai de 8 jours sous peine de se voir infliger des amendes.


La procédure, initiée par Médecins du monde et le Secours catholique, visait à «mettre fin aux atteintes graves aux libertés fondamentales» des 6 000 migrants vivant dans ce camp situé sur la lande de Calais. Pour le tribunal administratif, «il appartient aux autorités publiques de veiller à ce que les droits les plus élémentaires de ces personnes, constitutifs de libertés fondamentales, soient garantis».

Le tribunal a donc ordonné à la création de dix points d'eau supplémentaires comportant chacun cinq robinets, cinquante latrines et «un ou plusieurs accès» pour les services d'urgence, ainsi que la mise en place d'un système de collecte des ordures et de nettoyage du site. Toutes ces mesures doivent être concrétisées dans un délai de huit jours, «sous astreinte pour chacune d'elles de 100 euros par jour de retard».

Il est également demandé à la préfecture du Pas-de-Calais «de procéder, dans un délai de 48 heures à compter de la notification de la présente ordonnance, au recensement des mineurs isolés en situation de détresse et de se rapprocher du département du Pas-de-Calais en vue de leur placement».

Lire aussi : Maire de Calais à propos de la crise des migrants : il faut une réponse entre humanité et fermeté

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales