Zemmour, Le Pen et Mélenchon ne sont pas les bienvenus au «dîner républicain» du Crif

Le président du Crif Francis Kalifat© Ludovic Marin, Pool Source: AP
Le président du Crif Francis Kalifat à Paris, le 20 février 2019 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le président du Conseil représentatif des institutions juives de France a annoncé qu'Eric Zemmour, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ne seraient pas conviés au dîner de l'organisation le 24 février, contrairement au président Emmanuel Macron.

A l'approche du dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), qui aura lieu le 24 février, son président Francis Kalifat a tenu à préciser qu'Eric Zemmour ne serait pas convié, et que «ni Marine Le Pen, ni Jean-Luc Mélenchon» ne figuraient sur la liste des invités. «Le rejet des extrêmes est pour nous un impératif moral et politique», a-t-il expliqué dans L'Opinion le 13 février.

«Par ses positions extrêmes [Eric Zemmour] s'est placé à la droite de Marine Le Pen» et «s'est installé en chef de file du révisionnisme» en France, a estimé Francis Kalifat, fustigeant «la brutalité de son discours, confondant souvent islam et islamisme», «sa volonté d'abroger les lois mémorielles», «ses propos sur Pétain, qu'il cherche au fond à réhabiliter», et ses paroles «sur Dreyfus, dont il interroge l'innocence».

«Tout cela en fait un invité indésirable au dîner du Crif», a-t-il jugé, s'inquiétant du fait qu'Eric Zemmour, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon «totalisent autour de 40 % d’intentions de votes». Symptôme selon lui d'une société française «en crise profonde». «L'histoire nous a souvent montré que lorsqu'une société est malade, elle cherche des boucs émissaires», a-t-il développé.

Nous invitons dans leur diversité les acteurs politiques [...] avec lesquels nous entretenons des relations

En ce sens, pour le président du Crif, «l'antisémitisme progresse» dans l'Hexagone et les Français juifs se retrouvent «pris entre l'antisémitisme traditionnel surreprésenté à l'extrême droite, et l'antisémitisme antisioniste surreprésenté à l'extrême gauche». «A cela s'ajoute un antisémitisme d’une partie des jeunes musulmans entre 15 et 25 ans dans les "quartiers" et notre statut de cible privilégiée des islamistes», a-t-il affirmé.

Au dîner du Crif le 24 février, le président Emmanuel Macron sera en revanche présent. «Traditionnellement, nous invitons dans leur diversité les acteurs politiques de notre pays, majorité et opposition, avec lesquels nous entretenons des relations», a expliqué le président de l'organisation représentative.

Yannick Jadot pas convié en 2017 

Le 22 février 2017, pendant la précédente campagne présidentielle, Marine Le Pen, alors présidente du FN, n'avait déjà pas été invitée au dîner, de même que les représentants de la gauche radicale, dont le candidat de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon. Ce dernier, que le président du Crif avait alors mis sur le même plan que sa rivale Marine Le Pen comme vecteur de «haine», s'était dit «profondément choqué» par ce qu'il considérait comme une «insulte». Par la voix de son vice-président d'alors Louis Aliot, le FN avait de son côté qualifié dès 2016 le dîner du Crif d'événement «mondain, communautaire, discriminatoire et stérile».

Le candidat EELV Yannick Jadot, qui s'était finalement rallié au socialiste Benoît Hamon, n'avait pas non plus été convié à la table du Crif en 2017. «Les écologistes ont des positions qui ne sont pas claires, notamment à l'endroit du boycott anti-israélien qui, je le rappelle, est illégal», avait à l'époque tranché Francis Kalifat. Pour l'édition 2022, il n'a pas évoqué le cas du candidat EELV au cours de l'entretien avec L'Opinion.

Trois autres candidats étaient en revanche présents en 2017 : le futur président Emmanuel Macron, François Fillon (LR) et Benoît Hamon. Le chef de l'Etat François Hollande, le président du Sénat Gérard Larcher et plusieurs ministres avaient également fait le déplacement pour participer à ce «rendez-vous sans équivalent par son pouvoir d'attraction», comme l'écrivait l'AFP dans son compte-rendu. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix