Le Sénat se penche sur une pétition concernant les effets secondaires des vaccins contre le Covid

- Avec AFP

Fioles de vaccins AstraZeneca contre le covid-19© Jonathan NACKSTRAND Source: AFP
Fioles de vaccins AstraZeneca contre le covid-19 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Sans attendre qu'une pétition sur les effets secondaires du vaccin atteigne les 100 000 signatures habituelles, le Sénat a pris la décision pour y répondre de saisir l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques.

Une pétition sur les effets secondaires des vaccins contre le Covid-19 a réuni plus de 33 600 signatures sur le site du Sénat en un mois : pour «répondre aux inquiétudes» le Sénat a décidé de saisir l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst).

En ligne depuis le 12 janvier, la pétition demande la création d'une commission d'enquête sénatoriale sur les effets secondaires des vaccins contre le Covid-19.

Un nombre suffisant de votes

«Constatant la forte dynamique de signatures» de la pétition et à «l'approche de la suspension des travaux du Sénat en séance publique», la conférence des présidents a décidé de se saisir de cette pétition sans attendre le seuil des 100 000 signatures en principe requis. La pétition a été fermée aux signatures.

Cependant, plutôt qu'une commission d'enquête, la commission des Affaires sociales du Sénat a choisi de faire appel à l'expertise de l'Opecst, a-t-elle indiqué le 9 février dans un communiqué. Pour la présidente de la commission des Affaires sociales, Catherine Deroche (LR), «il faut répondre aux inquiétudes qui s'expriment». 

L'Office parlementaire est à la disposition de l'Assemblée nationale et du Sénat [...] on va faire un travail de fond

«Par sa pratique de la controverse et sa capacité à mobiliser la communauté scientifique dans sa diversité, l'Office nous a semblé créer les conditions d'un examen serein de ces sujets», a-t-elle ajouté.

La pétition est signée par Julien Devilleger, cardiologue non vacciné, suspendu par l'Ordre des médecins. Elle invoque le «rôle de protection du Parlement» et demande au Sénat «de s'assurer que la pharmacovigilance est suffisante pour détecter des effets secondaires sur court, moyen et long terme».

«L'Office parlementaire est à la disposition de l'Assemblée nationale et du Sénat, [...] on va faire un travail de fond», a indiqué à l'AFP le sénateur Gérard Longuet, premier vice-président de l'Opecst. «La science passionne, [...] nous avons des points de vue qui sont parfois très différents dans l'opinion, et le rôle de l'Office parlementaire est d'essayer d'avoir une convergence sur la réalité des informations scientifiques dont on dispose», a-t-il poursuivi.

La saisine de l'Opecst intervient au moment où des milliers d'opposants au pass vaccinal ont annoncé sur les réseaux sociaux vouloir «rouler sur Paris» dans le cadre d'une action citoyenne baptisée «convois de la liberté», inspirée par celle des routiers canadiens qui bloquent le centre d'Ottawa.

Dans son communiqué, la commission des Affaires sociales souligne que «l'hésitation vaccinale figurait, en 2019, sur la liste des 10 plus grandes menaces envers la santé mondiale identifiées par l'Organisation mondiale de la santé».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix