«Que demandent les peuples ?» : émission spéciale d'Interdit d'interdire au théâtre du Rond-Point

Auteur: RT France
Suivez RT France surTelegram

Retrouvez sur RT France l'émission spéciale d'«Interdit d'interdire» au théâtre du Rond-Point, le 31 janvier. Frédéric Taddeï réunit six invités de premier plan autour de la question : «Que demandent les peuples ?»

Mise à jour automatique
  • Sur le sujet des libertés, Emmanuel Todd estime que, du fait de l'assujettissement de la nation française et de ses élites à l'Europe, le renforcement de la société de contrôle est inéluctable. 

    Pour Nicolas Framont, la diminution des libertés publiques est le fait des classes dominantes.

    Marcel Gauchet estime, quant à lui, que la demande de sécurité est le fait de tous et répond à l'insécurité psychologique de l'ensemble de la société, toutes classes sociales confondues.

  • Sur le sujet de la crise des institutions, Clara Egger rappelle qu'il n'existe aucune démocratie occidentale qui n'ait pas une figure d'arbitrage. Elle se dit en faveur d'un président de la République qui ne gouverne pas et agisse comme un «arbitre».

    «Si on avait un arbitre, on saurait ce qui se passe au conseil de défense sanitaire», donne-t-elle comme exemple.

  • «La majorité du pouvoir, c'est 13% du corps électoral», déclare Clara Egger, dénonçant «l'inégalité de pouvoir» qui caractérise la société française. C'est pour cette raison qu'elle se dit en faveur de l'institutionnalisation du référendum d'initiative citoyenne (RIC). La vertu du RIC, c'est qu'il permet de lutter contre «l'arbitraire», selon elle.

    Pour Marcel Gauchet, la calcification de la scène politique française oblige à repenser la démocratie. Tout comme Clara Egger, Marcel Gauchet estime que le RIC est une bonne idée. Néanmoins, il rappelle que l'application du résultat d'un RIC restera entre les mains de la même classe politique décriée.

    Emmanuel Todd estime que le vieillissement de la population est un vrai problème pour la démocratie que l'instauration d'un RIC ne saurait résoudre. Pour ce dernier, la surreprésentation des intérêts des retraités paralysent toute tentative de réforme radicale. 

    Nicolas Framont tient à rappeler que les élites ont toujours défendu leurs intérêts et que seul la lutte peut les faire plier. Pour ce dernier, le rapport entre le peuple et les élites a toujours été un rapport de «force». De ce fait, s'il dit soutenir le concept du RIC, il estime que les élites feront tout pour bloquer son application.

  • Pour François Bousquet, les excès de langage tels que l'appel constant aux valeurs de la République sont le reflet d'un vide intellectuel. Pour ce dernier, l'appel récurrent aux valeurs de la République ressemble de plus en plus «à une incantation creuse».

    Pour Aurélie Gros, ces excès de langage sont plutôt le reflet d'un «manque de courage politique».

  • Emmanuel Todd estime que les élites ont elles-mêmes succombé à une forme de populisme qui leur est propre. Ces élites qui sont soumises à l'Amérique ou l'Allemagne, n'arrivent plus à élever le débat. 

    Pour Marcel Gauchet, les élites ne savent plus quel est «leur rôle» dans la société.

    Emmanuel Todd a rebondi en affirmant que si ces élites ne savent plus diriger, c'est qu'il n'y a plus rien à diriger du fait de l'absorption progressive de l'Etat-Nation français dans l'UE.

  • «Le peuple est-il plus lucide que les élites?», se demande Frédéric Taddeï. 

    Pour Marcel Gauchet, il n'y a plus de discussion possible entre le haut et le bas de la pyramide sociale. Pour ce dernier, certes le peuple «n'a pas la connaissance», mais les élites ne savent plus écouter. 

    Emmanuel Todd estime que le peuple a gardé un «moment de lucidité», alors que la strate supérieure s'est elle-même «crétinisée». Pour ce dernier, le niveau intellectuel du peuple, comme celui des élites, est à la baisse.

    Aurélie Gros, quant à elle, croit à «l'intelligence collective». Pour cette dernière, la crise du Covid a révélé les capacités créatives du peuple.

    François Bousquet met en avant la fracture entre les cultures des centres urbains et celle de la France périphérique. Pour ce dernier, il faut se poser la question de savoir comment réconcilier ces deux France.

Découvrir plus

«Que demandent les peuples ?» C'est à cette question que tenteront de répondre les invités du numéro exceptionnel d'«Interdit d'interdire», le 31 janvier à 20h au théâtre du Rond-Point. L'émission, en public et en direct, ouvrira la cinquième édition du festival Nos disques sont rayés.

Si vous ne pouvez vous déplacer mais ne souhaitez pas en rater une miette, trois possibilités : 

- Sur la page dédiée du site de RT France

- Sur notre chaîne Youtube

- Sur notre page Facebook

Et des raisons de vous y connecter, il y en a !
Car Frédéric Taddeï réunira à cette occasion Emmanuel Todd, docteur en histoire de l’université de Cambridge, Marcel Gauchet, philosophe et historien, Aurélie Gros, présidente du mouvement de La France vraiment, Clara Egger, enseignante-chercheuse en sciences politiques et spécialiste de l'humanitaire, Nicolas Framont, qui a enseigné la sociologie à l'Université Paris-Sorbonne et codirige le trimestriel de réflexion politique Frustration et François Bousquet, journaliste, essayiste et éditeur.

Les places pour assister à l’émission Interdit d’interdire avec Frédéric Taddeï, le 31 janvier à 20h00, salle Renaud-Barraud, sont en vente ici.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix