«Pas une bonne preuve d'assimilation» : Darmanin commente la vidéo de Gims sur la nouvelle année

- Avec AFP

«Pas une bonne preuve d'assimilation» : Darmanin commente la vidéo de Gims sur la nouvelle année© Zakaria ABDELKAFI
Vidéo
Le rappeur Gims au Stade de France à Saint-Denis, le 28 septembre 2019.
Suivez RT France surTelegram

Le rappeur congolais a redemandé la nationalité française après avoir présenté ses excuses pour une vidéo où il appelait les musulmans à ne pas fêter la nouvelle année. Mais le ministre de l'Intérieur a laissé peu d'espoir de voir sa demande aboutir.

Le chanteur Gandhi Djuna, alias Gims, va sans doute encore attendre avant d'obtenir la nationalité française. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin lui a laissé peu d'espoir le 25 janvier, faisant valoir qu'elle était refusée «de manière générale aux tenants de l'islam rigoriste». La star du rap congolaise, ayant vécu en France presque toute sa vie, avait annoncé redemander la nationalité française qui lui a été refusée.

«Les services de l'Intérieur vont réétudier évidemment sa demande», a poursuivi le ministre de l'Intérieur sur France Inter. Mais, a-t-il enchaîné, «ne pas souhaiter la bonne année parce que ce ne serait pas conforme à ce que font les amis, les copains ou les frères de tel ou tel personnage aussi sacré soit-il, ce n'est pas une bonne preuve d'assimilation à la société française».

Le rappeur a présenté ses excuses le 23 janvier dans le JDD pour une vidéo où il appelait les musulmans à ne pas fêter la nouvelle année. «Cette vidéo, je la regrette totalement [...] Je ne voulais pas blesser les gens. La foi, ça relève de l'intime», a-t-il affirmé.

Plusieurs refus déjà essuyés

Interprète des titres Bella ou Sapé comme jamais, le chanteur est arrivé en France à l'âge de deux ans avec ses parents fuyant le Zaïre du président Mobutu Sese Seko. «Il me manque "le papier officiel". Mais ça, ça ne dépend pas que de moi. Apparemment le refus est lié à un délit que j'aurais commis quand j'étais mineur. Mais mon casier est vierge», détaille le rappeur.

Le quotidien Le Parisien, qui a publié une enquête sur Gims, présente toutefois une autre version. Sa première demande de naturalisation est déposée en 2013, mais «la procédure s'enlise». Selon «un ancien ministre de l'Intérieur» interrogé par le journal, le refus finalement essuyé en 2017 est dû à «des défauts de paiement d'amendes pour des délits routiers et son incapacité à établir en France le centre de ses intérêts matériels», le chanteur résidant une bonne partie de l'année à Marrakech, au Maroc. Gims aurait relancé sa demande en 2018, évoquant le sujet auprès de l'épouse du président Brigitte Macron, sans plus de succès, d'après Le Parisien.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix