Des associations et des syndicats s'insurgent contre des ateliers de méditation dans des collèges

- Avec AFP

Méditation syndicats blanquer© Lisa Rathke Source: AP
Un atelier médiation dans l'Université du Vermont aux Etats-Unis (Image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Une quinzaine d'associations et de syndicats ont écrit au ministre de l'Education, s'inquiétant d'ateliers de «méditation de pleine conscience» dans des collèges. Une pratique qu'ils jugent «risquée sur le développement psychique des enfants».

Dans une lettre ouverte adressé au ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer et transmise ce 18 janvier à l'AFP, une quinzaine d'associations et de syndicats s'inquiètent de la pratique de la «méditation de pleine conscience» (MPC) enseignée dans certains collèges.

Les signataires assurent qu'un projet d'expérimentation de cette technique de méditation avait été abandonné à la suite de protestations émises en juin 2021. «[Mais] nous avons été saisis de sa réapparition de façon maquillée depuis septembre dans plusieurs collèges avec la multiplication d'ateliers de relaxation, d'exercices de respiration, de méditation», écrivent ces organisations.

«Nous renouvelons nos plus vives inquiétudes sur ces expérimentations, et vous demandons d'intervenir pour y mettre fin sans délai» afin de refuser dans l'éducation nationale «une technique, la MPC, aux conséquences incertaines et potentiellement risquées sur le développement psychique des enfants», écrivent-ils.

Parmi elles figurent la Ligue des droits de l'Homme, celle de l'Enseignement, les syndicats FSU, CGT et Unsa, la fédération de parents d'élèves FCPE et l'association de lutte contre les dérives sectaires Unadfi.

La méditation de pleine conscience, qui trouve son origine dans le bouddhisme, est fondée sur la focalisation de l'individu sur sa respiration, ses émotions ou encore ses sensations dans l'instant présent. Le but est de parvenir à une meilleure gestion du stress, de la colère et autres émotions nocives. Mais pour le président de la Ligue des droits de l'homme Malik Salemkour, qui s'était déjà saisi du sujet l'année dernière, la MDC pourrait «rapidement conduire à une perte d’esprit critique, voire à l’assujettissement de l’individu». Il craignait en outre des «manipulation par des mouvances sectaires» et estimait enfin qu'elle portait atteinte au principe de laïcité.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix