Dissolution du groupuscule les Zouaves Paris en Conseil des ministres

- Avec AFP

Dissolution du groupuscule les Zouaves Paris en Conseil des ministres© Ludovic Marin Source: AFP
Gérald Darmanin, le 20 octobre 2021 à l'issue du Conseil des ministres (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a annoncé que le groupe les Zouaves Paris avait été dissous lors du Conseil des ministre de ce 5 janvier.

Le groupuscule nationaliste de droite radicale les Zouaves Paris – notamment soupçonné d'être impliqué dans les violences commises lors du meeting d'Eric Zemmour à Villepinte en décembre 2021 – a été dissous ce 5 janvier en Conseil des ministres, a annoncé le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. Selon le décret de dissolution, ce groupe informel d'extrême droite – apparu en 2017 et rassemblant une vingtaine de membres – est accusé d'être «à l'origine de nombreux et récurrents agissements violents» et de «propager un discours ouvertement raciste», diffusant «régulièrement des images reprenant les symboles de l'idéologie nazie».

Toujours selon le décret, les Zouaves Paris «valorisent par leurs publications les comportements violents à l'encontre des homosexuels et transsexuels».

Le dirigeant présumé du groupe, Marc de Cacqueray-Valmenier, a été mis en examen pour violences volontaires mi-décembre.

Le 5 décembre, pendant le discours du candidat à la présidentielle, plusieurs militants de SOS Racisme exhibant des T-shirts «Non au racisme» avaient été visés par jets de chaises par des soutiens de l'orateur.

Avant cette action, les Zouaves Paris avaient participé à la manifestation du 1er décembre 2018 des Gilets jaunes, entre autres marquée par le saccage de l'Arc de Triomphe. Pour sa «participation à un groupement en vue de commettre des dégradations» lors de celle-ci, Marc de Cacqueray-Valmenier a été condamné à six mois de prison avec sursis assortis de 105 heures de travail d'intérêt général.

Les ZVP ont aussi revendiqué l'attaque à coups de battes de baseball et d'aérosols de gaz lacrymogène du bar Saint-Sauveur, lieu emblématique de la mouvance antifasciste dans le quartier de Ménilmontant à Paris.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix