Protocole Covid à l'école : le ras-le-bol des chefs d'établissement

Protocole Covid à l'école : le ras-le-bol des chefs d'établissement© STEPHANE DE SAKUTIN Source: AFP
Jean-Michel Blanquer et Brigitte Macron en visite dans un collège de l'Essonne, en mai 2021 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Les chefs d'établissements scolaires sont hautement sollicités par l'administration pour mettre en musique les dispositifs anti-Covid successifs, mais ils accusent un déficit de considération de la part de leur ministre, Jean-Michel Blanquer.

Malgré plusieurs opérations de déminage médiatique dès le 3 janvier, le faux pas du ministre de l'Education n'a pas été apprécié du côté des enseignants : alors que toute la communauté éducative, les syndicats et les parents d'élèves attendaient un nouveau protocole sanitaire depuis plusieurs semaines pour la rentrée de janvier, Jean-Michel Blanquer a choisi de le dévoiler dans Le Parisien la veille du retour en classe, en fin d'après-midi.

Pis : l'article publié en exclusivité dans le journal régional francilien n'était pas accessible aux non-abonnés.

Le Syndicat national des enseignements de second degré (SNES-FSU), a jugé qu'il s'agissait de «graves manquements» dans la gestion de crise, tandis que le collectif enseignant des Stylos rouges a ironisé : «Si on fait nuit blanche, ça nous laisse une quinzaine d'heures pour tout préparer. Merci pour votre mansuétude et votre bienveillance.»

Du côté des chefs d'établissement, la pilule est visiblement encore plus amère. 

Interrogée par RT France, la secrétaire générale du Syndicat national des personnels de direction de l'Education nationale (SNPDEN) Laurence Colin déplore ainsi un manque de communication envers les chefs d'établissement : «Les informations officielles qu'on a eues sont passées par la foire aux questions [FAQ] du site de l'Education nationale. Elle a été modifiée seulement le 31 décembre, puis le 2 janvier. Nous avons seulement reçu un texto du rectorat nous information de cette dernière mise à jour... avec un lien qui renvoyait d'ailleurs vers la précédente.»

«Pas été pensé par des gens qui sont sur le terrain», tance un chef d'établissement

La syndicaliste, toujours en poste, regrette également : «Le ministre nous a juste dit de ne plus prendre le café debout, c'est un peu pathétique. Nous, le dimanche après-midi avant la rentrée, nous l'avons passé à décrypter la FAQ pour produire un document pragmatique destiné aux chefs d'établissement qui permette de s'y retrouver au quotidien concernant les cas Covid, les cas contacts, les vaccinés, les isolements. J'ai également écrit des emails aux parents de mon établissement sur Pro-Note.»

Un chef d'établissement qui a accepté de parler à RT France mais sous couvert d'anonymat renchérit : «Nous sommes coutumiers de cette manière de faire de Blanquer. Il nous oublie toujours. Mais l'épiderme des chefs d'établissements est un peu à vif à présent. Il nous revient pourtant de mettre en place tous les dispositifs Covid dans les établissements. Les agents du ministère sont tous remerciés, mais nous, jamais. Le ministre parle directement à la presse dans un article payant, mais nous, nous recevons un courrier ensuite... Tout cela est un peu cavalier.»

Ce chef d'établissement situé en zone difficile n'apprécie ni la façon de faire, ni «le contenu de la communication» : «L'ensemble est extrêmement confus, avec des mises en place totalement loufoques. On voit immédiatement que ça n'a pas été pensé par des gens qui sont sur le terrain. Par exemple les trois tests à réaliser dans la même semaine par un élève : si l'élève est cas contact, un premier test à jour 1, puis un deuxième à jour 2 et un troisième au jour 4... Ensuite à J+7 il faut refaire un PCR avant de revenir à l'école pour l'enfant non vacciné de plus de douze ans avec une déclaration sur l'honneur des parents ? Quand on enseigne en zone prioritaire, avec beaucoup d'adolescents qui ne sont pas vaccinés, on sait très bien que c'est intenable.»

Les agressions contre des chefs d'établissements de la part des parents sont en hausse ces dernières années

Le fonctionnaire ne cache pas son ressentiment : «Nous naviguons à vue, c'est très fatigant et nous nous sentons maltraités par le ministre. Ce gouvernement met tout sur la comm'. Mais on ne peut pas parler à ses fonctionnaires par un organe de presse régional payant, c'est impossible. Les collègues sont usés, au bout du rouleau pour certains et on les traite comme la cinquième roue du carrosse, alors que ce sont les chefs d'établissement qui mettent tout en place.»

Burn-out, longue maladie et reconversion : l'école va-t-elle craquer ?

Le chef d'établissement anonyme confie également à RT France que nombre de ses collègues pensent à quitter leurs fonctions : «Le gouvernement se goberge d'affirmer que tout a été géré impeccablement pendant le Covid à l'école et qu'elles ont pu rester ouvertes, mais beaucoup de collègues se posent la question de faire autre chose. Nous avons passé deux années folles, ça a été infernal à gérer pour nous et souvent à distance. Certains collègues parlent ouvertement de burn-out et de suicide en ce moment.»

La secrétaire générale du SNPDEN abonde : «Nous n'avons jamais vu autant de demandes de ruptures conventionnelles ou de reconversion, nous en voyons passer plusieurs chaque mois dans notre commission paritaire sur les carrières. Nous essayons de faire le point régulièrement avec le ministère mais l'enveloppe des ruptures conventionnelles a été rapidement vidée, alors qu'on peut facilement constater que les demandes sont en hausse.»

Les chefs d'établissement qui ne peuvent pas obtenir la rupture conventionnelle se tournent alors vers d'autres solutions : la mutation, voire un détachement pour revenir à l'enseignement, malgré la perte de revenu liée aux primes : «Ils préfèrent cela parce que la pression est parfois devenue trop forte à supporter», explique Laurence Colin.

Elle précise : «L'information circule trop mal et les collègues s'interrogent constamment sur les arbitrages du quotidien. Ils se sentent davantage en insécurité professionnelle... Sans compter que les agressions à l'encontre des chefs d'établissements de la part de parents d'élèves sont en hausse ces dernières années.»

Le résultat direct de ce sentiment d'isolement dans la profession selon ces deux sources : un nombre croissant de chefs d'établissements sont en arrêt maladie longue durée, dans l'attente d'une solution à leur situation difficilement tenable, pris entre le marteau implacable du quotidien et l'enclume d'une administration paraissant parfois déconnectée.

L'équilibre des élèves sur la corde raide

Aussi bien la source anonyme interrogée par RT France que Laurence Colin du SNPDEN ont à cœur d'alerter sur la situation des élèves dont ils ont charge. Le premier déplore : «On prône le distanciel comme solution, mais cela ne fait pas le travail du tout. Les mômes, le distanciel, ils en crèvent ! Ils ont besoin d'avoir un enseignant en face d'eux et une vie sociale, évidemment.»

La deuxième complète : «Nous l'avons déjà dit, mais je répète : un enseignant ne peut pas faire de l'enseignement à distance et en présentiel en même temps, il ne peut pas s'adresser à la fois à la classe et à l'élève... Sinon il faut deux enseignants, mais il manque déjà du monde.»

Et sur le front des effectifs, la situation n'est pas en passe de s'améliorer : Laurence Colin rappelle que le chef d'établissement ne peut obtenir un remplacement d'enseignant que si le titulaire présente une interruption de travail de plus deux semaines, ce qui ne serait pas le cas avec le nouveau protocole qui prévoit cinq à sept jours d'isolement après un test positif au Covid-19.

Le chef d'établissement anonyme qui exerce en zone prioritaire souligne également l'enjeu pédagogique de la «continuité» dans l'enseignement : «Les élèves ont besoin de continuité, or avec ces protocoles Covid, tout le monde devient suspicieux, se replie sur soi, l'ambiance en classe n'est pas détendue, on a aussi perdu le travail d'équipe, le présentiel entre enseignants, les projets»... Le contact humain en somme.

Les mômes, le distanciel, ils en crèvent !

Laurence Colin alerte enfin sur la situation des surveillants d'internats avec une forte hausse des cas positifs, ce qui pourrait conduire à fermer certains internats et donc à perdre la présence des élèves négatifs au Covid-19 mais ne disposant pas d'autre solution pour aller physiquement en cours. Et de conclure : «Les collègues chef d'établissement restent sur le pont et parfois au détriment de leur santé... Bien sûr, nous sommes volontaires pour nous retrousser les manches et tout faire pour garder les écoles ouvertes, mais pas à n'importe quel prix. Si nous n'avons plus l'internat et la demi-pension, nous ne pouvons pas y arriver.»

Antoine Boitel

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix