Affaire Paty : un enseignant dénonce l'administration et se fait suspendre

Affaire Paty : un enseignant dénonce l'administration et se fait suspendre© ALAIN JOCARD Source: AFP
Applaudissant devant un panneau faisant promotion de la liberté d'expression, le ministre de l'Education nationale rend hommage à Samuel Paty dans la ville où ce dernier enseignait, le 16 octobre 2021 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Jean-Christophe Peton, enseignant au lycée du Bois de Mouchard (Jura) a été suspendu de cours à titre conservatoire pour avoir mis en cause le rôle de l'institution lors de l'affaire Samuel Paty. Il se dit «estomaqué».

Le 22 octobre, Jean-Christophe Peton, qui enseigne les lettres au lycée du Bois de Mouchard (Jura), s'est vu notifier sa suspension à titre conservatoire à l'issue d'une convocation au rectorat pour des propos tenus sur la plateforme de l'administration de l'Education nationale Pronote.

«Ce signalement fait état de la diffusion d'un message contenant des propos inappropriés sur Pronote. Lesdits propos font par ailleurs l'objet d'un tweet à l'attention de Monsieur le Recteur d'académie», justifie le courrier de convocation, ainsi que le révèlent nos confrères de L'Express le 30 novembre.

Le 14 octobre, le fonctionnaire de 54 ans avait déclaré sur la plateforme Pronote : «Tandis que l'Education nationale rend hommage d'une main à Samuel Paty "mort pour la liberté d'expression" selon les propres mots du ministre Jean-Michel Blanquer, de l'autre main elle muselle et sanctionne les enseignants qui osent justement exercer ladite liberté d'expression. [...] Samuel Paty a été assassiné pour avoir défendu l'idée qu'on pouvait rire de tout, même et surtout avec les caricatures outrancières de Charlie Hebdo, parce qu'il n'y a rien de sacré en droit français, dans une démocratie laïque, et que la liberté d'expression ne s'arrête que devant les appels à la haine ou au racisme ou à l'antisémitisme (voire au sexisme) concernant des individus précis et non des clichés. Toutes formes de discriminations a priori qui sont évidemment gerbantes si elles ne sont pas humoristiques.»

Il réagissait ainsi à un message du proviseur de son établissement annonçant une minute de silence en mémoire de l'enseignant assassiné l'année précédente à Eragny (Val d'Oise) par un terroriste islamiste.

Jean-Christophe Petton dénonçait également l'attitude de l'administration à l'endroit de Samuel Paty : «Avant d'être égorgé, Samuel Paty a été abandonné par sa hiérarchie, l'Education nationale et ses sbires, et même tancé pour avoir montré des caricatures qui pouvaient heurter X ou Y ou Z, affirme l'enseignant. Cette minute de silence, il faut la faire pour lui, évidemment. Mais ne soyons pas dupes de l'hypocrisie de l'institution et de ses relais.»

Lorsqu'il a publié ce texte, il a également interpellé le recteur de l'académie de Besançon à ce sujet. Le chef d'établissement du Bois de Mouchard a signalé les propos de l'enseignant et une suspension d'une durée maximale de quatre mois lui a été notifiée lors de l'entretien.

Interrogé par L'Express, l'enseignant se dit «estomaqué» et précise : «Ce qui me stupéfie c'est que, d'ordinaire, on ne suspend un fonctionnaire que lorsqu'il représente un danger pour lui-même ou pour les autres, dénonce-t-il. Or je me demande quel danger je peux représenter, notamment pour mes élèves !»

Une lettre signée par 53 des confrères de l'enseignant s'alarme vivement de la sévérité de la sanction et défend la liberté d'expression : «Les termes polémiques qu'employa M. Peton dans son message sur Pronote lui appartiennent, et nous ne les partageons pas forcément tous. Cependant, nous nous insurgeons qu'il lui soit reproché de les avoir exprimés.»

Un conseil de discipline doit prochainement se réunir pour statuer sur son avenir professionnel.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix