«Aberrations» : les propos d'une responsable écologiste de Grenoble sur les piscines font polémique

«Aberrations» : les propos d'une responsable écologiste de Grenoble sur les piscines font polémique© Julio Cortez/AP
Les propos de l'élue EELV ont déclenché la polémique (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Les propos d'une adjointe au maire de Grenoble selon lesquels les piscines seraient une anomalie appelée à disparaître ont suscité un tollé malgré les mises au point de la municipalité écologiste.

Les piscines sont «des aberrations économiques, écologiques et sanitaires». La formule employée par l'adjointe au maire de Grenoble, Anne-Sophie Olmos lors d'un conseil d'école, a suscité des remous, relate France Bleu dans un article publié le 25 novembre. 

Les paroles à l'origine de la polémique ont été tenues au début du mois et figurent dans le compte-rendu rédigé par les parents, noir sur blanc. L'adjointe répondait à des parents d'élèves qui s'inquiétaient de l'absence de cours de natation pour leurs enfants inscrits en classe de maternelle, grande section.

La petite phrase a fait l'effet d'un choc parmi les parents, qui ont bien demandé à l'adjointe de préciser et répéter ses propos : «Je n'ai jamais entendu un discours pareil», a ainsi confié une mère d'élève à la radio locale. En ajoutant : «Elle nous a dit que, selon son avis personnel, les piscines étaient amenées à disparaître d'ici dix ans», en raison des coûts générés par de tels équipements, ainsi que de problèmes «sanitaires».

L'adjointe de la ville aux écoles, Christine Garnier, a tenu à préciser le sens des propos de sa collègue, indiquant que «quand on parle d'aberration, [...] c'est sur du long terme, voire du très long terme». Et a voulu rassurer les parents :«Pour l'instant, à Grenoble, nous avons encore trois piscines couvertes qui sont utilisées par les enfants et tous les enfants, à Grenoble, apprennent à nager.» 

L'opposition municipale à la majorité d'Eric Piolle est immédiatement montée au créneau, à commencer par Alain Carignon, chef de file du groupe «Société Civile». Selon lui, l'affaire est révélatrice d'un problème plus global de gestion municipale, qualifiée de «canard sans tête».

Anne-Sophie Olmos a tenu à réagir, évoquant des «fakenews» et réaffirmant que «jamais il n'a été question de fermer les piscines». En s'agaçant d'une polémique infondée, selon elle: «On arrête de toucher le fond de la piscine», a-t-elle conclu.

Cette nouvelle polémique déclenchée par une élue écologiste n'est pas sans en rappeler d'autres : peu après son élection, le maire écologiste de Lyon, Grégory Doucet, avait qualifié le Tour de France de course «machiste et polluante» ; à Bordeaux, Pierre Hurmic, lui aussi écologiste, avait déclenché un vif débat après avoir qualifié le sapin de Noël «d'arbre mort». 

Plus récemment, du côté de la majorité cette fois, la ministre du Logement, Emmanuelle Wargon, s'est fait rappeler à l'ordre par Emmanuel Macron après avoir déclaré, mi-octobre, que «le modèle du pavillon avec jardin n’est pas soutenable et nous mène à une impasse».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix