Immigration : Arnaud Montebourg veut bloquer les transferts d'argent vers les pays non coopératifs

Immigration : Arnaud Montebourg  veut bloquer les transferts d'argent vers les pays non coopératifs© STEPHANE DE SAKUTIN Source: AFP
Arnaud Montebourg a dévoilé une promesse de campagne pour résoudre l'un des problèmes de l'immigration (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Arnaud Montebourg a durci son discours sur l'immigration, ce 7 novembre. Parmi les mesures qu'il préconise, figure le blocage financier à l'encontre des pays qui refuseraient de récupérer leurs ressortissants interdits de territoire en France.

Arnaud Montebourg a évoqué longuement le thème de l'immigration, pour Le Grand jury sur RTL et LCI, le 7 novembre. Un sujet que la gauche est souvent accusée d'éluder. «L'immigration doit être regardée en face, elle a fonctionné depuis des siècles dans notre pays», a-t-il commencé son intervention. «Mais la machine à intégrer ne fonctionne plus», a poursuivi le candidat à la présidentielle.

«Je défends l'intégration ou rien», a-t-il appuyé, en jugeant «fondamentale la question du travail», déplorant que la France a «laissé faire» l'immigration.

Plutôt que de traiter prioritairement la question du regroupement familial, Arnaud Montebourg a martelé qu'il fallait «d'abord» régler «la question de ceux qui n'ont aucun droit à rester sur le territoire [représentant] 100 000 personnes».

Arnaud Montebourg veut «taper au portefeuille»

L'un des principaux échec de l'intégration viendrait ainsi, selon l'ancien ministre du Redressement productif, du fait que la France a «aujourd'hui 100 000 mesures d'obligation, pesant sur des personnes [qui sont des] clandestins [et] doivent quitter le territoire [...] qu'[elle] n'arrive pas exécuter [et] qui, d'ailleurs, sont souvent des délinquants».

«La privation des visas ne fonctionne pas, donc je suis décidé à taper au portefeuille», a-t-il assuré en évoquant la décision d'Emmanuel Macron de supprimer les visas des pays du Maghreb qui refusent de coopérer à savoir, le Maroc, l'Algérie et la Tunisie. Comme le gouvernement, Arnaud Montebourg a noté que le principal obstacle à la reconduction venait des pays d'origine qui refusaient de reprendre leurs ressortissants.

Le défenseur de «la remontada» a alors annoncé une mesure phare, qui peut détonner à gauche : «Il y a 11 milliards de transferts d'argent qui passent par Western Union sur l'ensemble des pays d'origine. Nous bloquons tous les transferts aussi longtemps qu'on n'a pas un accueil de coopération [...] ce sont des transferts d'argent privé qui aujourd'hui sont une manne pour ces pays, et nous avons besoin de dire : "Ça suffit".»

Par cette mesure «provisoire» de blocage financier, il estime que les pays d'origine seront ainsi contraints de respecter la coopération, «s'ils veulent continuer à avoir le soutien de la diaspora – ce qu'ils réclament».

Un contrat précis pour l'intégration

Constatant un problème avec l'intégration, Arnaud Montebourg a en outre souhaité affirmer l'établissement d'un nouveau contrat «donnant-donnant» avec les immigrés : «Je pense que le parcours d'intégration c'est apprendre le français, trouver un travail, nous avons 300 000 emplois non pourvus [...] le respect des lois [...] admettre les valeurs françaises comme la laïcité [ou] le droit des femmes.»

«Mais pour que ce contrat ait une force, il faut que, quand il n'est pas respecté, la sanction soit effective», a déclaré Arnaud Montebourg. «Nous voyons bien les problèmes que nous avons», a lancé l'ancien ministre du Redressement productif en prenant notamment l'exemple des écoles «dans certains quartiers», «avec 80% d'enfants qui ne parlent pas le français».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix